Jeunes 3.0 : Journée internationale de la jeunesse

Table des matières

S’asseoir pour débattre de nos idées mais aussi être capable d’écouter les autres est une problématique à niveau mondial.

Aujourd’hui, nous vous racontons comment les étudiants du monde entier se rassemblent pour y parvenir !

 

Aujourd’hui, nous célébrons la Journée mondiale de la jeunesse. Environ un milliard de jeunes vivent dans le monde aujourd’hui. Cela signifie qu’une personne de cinq ans est âgée de 15 à 24 ans.

Dans une grande partie du monde, cette population de jeunes est très exposée à des problèmes tels que la pauvreté, le chômage et la discrimination. Cependant, ce sont aussi les jeunes eux-mêmes qui ont le potentiel d’être la solution à leurs propres problèmes grâce à la participation.

Depuis 2011, plus de 400 étudiants universitaires de 90 pays se réunissent pour débattre sur des questions sociales, économiques, politiques et écologiques qui nous concernent tous. Chaque année, ils se réunissent au Championnat du monde universitaire de débat en espagnol pendant une semaine pour discuter des meilleures idées et objectifs.

En 2017, les Espagnoles María García et Carmen Vallecillo sont allées au Guatemala où elles virent la finale parmi le public et c’est à ce moment-là qu’elles comprirent que si elles voulaient participer, il leur faudrait travailler dur. Et un an plus tard, elles prirent la parole – cette fois au Chili – laissant tout le monde bouche bée par leurs débats sur le mouvement féministe #MeeToo et la création de commissions vérité et réconciliation au niveau international. A tel point qu’elles réussirent à remporter le titre mondial.

 

 

Pour Maria et Carmen, parler du féminisme pendant la finale était un véritable cadeau, les deux filles étant convaincues que les femmes peuvent obtenir tout ce qu’elles souhaitent, peut-être qu’elles en sont la preuve ! C’est pourquoi ces concours, qui réunissent de jeunes universitaires du monde entier, sont devenus les plates-formes idéales pour se faire entendre.

Les deux étudiantes savaient qu’elles devaient être informées tout au long de l’année de ce qui se passait à travers le monde, car tout sujet d’actualité pouvait être la question de la prochaine manche du championnat. Carmen étudie la médecine et María le droit et l’administration des entreprises,, ce qui, selon elles, les a bien aidé car ainsi elle se complétaient parfaitement.

[mkd_blockquote text= »“Si je devais retenir une chose, ce serait que nous avons toutes les deux réussi à tirer le meilleur de l’une de l’autre et que nous nous sommes fait confiance aveuglément. Il y arrive souvent que l’un des membres du binôme doive prendre les rênes et sauver le débat (parce que l’autre personne n’est pas au courant, traverse une mauvaise passe ou est simplement épuisé), il faut alors être en mesure de prendre sur soi et réagir”. – Carmen Vallecillo » title_tag= »h2″ width= » »]

La course est effrénée, on vous donne la question 15 minutes avant le débat et vous ne pouvez pas utiliser d’appareils électroniques – il s’agit d’être capable de réfléchir aux arguments par soi-même et d’avoir lu à ce sujet ! Une fois ce temps écoulé, les quatre binômes se réunissent dans la salle, deux auront la chance d’être en faveur et les deux autres seront contre. Si vous leur demandez, ils vous diront qu’il est parfois difficile de défendre quelque chose en quoi vous ne croyez pas, mais de ce fait, il faut se forcer à se demander quelles raisons font que l’autre personne pense différemment, même si on ne partage pas son point de vue. Au final c’est un exercice d’empathie !

Si quelqu’un se veut irrespectueux, l’organisation de l’événement – également composé de jeunes étudiants universitaires – a conçu le département  » équité « . C’est quoi ? Il s’agit d’un groupe de jeunes chargés de veiller à ce que les valeurs de respect et d’égalité soient respectées en permanence. Heureusement, ils ont rarement besoin d’intervenir !

[mkd_blockquote text= »“S’asseoir pour exprimer ses idées, mais être capable d’écouter l’autre personne vous donne aussi une vision plus large de toutes les questions. C’est peut-être ce dont ont besoin aujourd’hui de nombreux dirigeants, communautés et individus ; les jeunes ont beaucoup à apporter à cet égard !” – Carmen Vallecillo » title_tag= »h2″ width= » »]

De plus, le fait d’échanger des idées avec trois autres binômes de jeunes dans la salle soulève de nombreuses questions auxquelles vous n’aviez pas pensé… Il n’est pas rare de voir des concurrents parler à la mi-temps d’arguments qui leur ont semblé intéressants à appliquer dans la vie réelle. Plus tard, ce seront les juges qui décideront quelle équipe a été la meilleure.

Mais ce n’est pas seulement une question de compétition, il y a aussi du temps pour discuter, apprendre à se connaître, faire des blagues et faire la fête. Ils sont si nombreux qu’au début ils ne connaissent pas beaucoup de gens mais à la fin de la semaine ils se font des amis de toutes nationalités et parfois forment même des couples internationaux.

C’est formidable de voir comment de jeunes étudiants universitaires du monde entier ont construit un événement qui ouvre la porte à la diversité des opinions et des cultures, et qui promeut l’éducation aux valeurs et la pensée critique chez les jeunes ; la seule mauvaise chose est qu’à leur retour, il sera plus difficile pour les parents de gagner les débats à la maison ! Courage Papa et Maman !  💪😅

 

Joyeux #InternationalYouthDay de l’équipe Moneytrans !

#UN4Youth #SafeSpaces4Youth #YouthDay

 


 

Chez Moneytrans, nous voulons faire notre part en faisant connaître certaines initiatives qui favorisent l’éducation, l’autonomisation des femmes et l’intégration mondiale. Nous ne sommes pas seulement une société de transfert d’argent, nous sommes beaucoup plus. Découvrez toutes les actions que nous entreprenons et joignez-vous à nos défis !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles similaires