Pourquoi Moneytrans célèbre la Journée Mondiale de l’Enfance ?

Table des matières

Qu’est-ce que la Journée Mondiale de l’Enfance et pourquoi Moneytrans la célèbre avec une campagne de solidarité ?

 

Créée par les Nations Unies en 1954, la Journée Mondiale de l’Enfance est célébrée le 20 novembre de chaque année afin de promouvoir la solidarité internationale, sensibiliser les enfants du monde entier et améliorer leur bien-être.

C’est aussi le jour où l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté la Déclaration des droits de l’enfant en 1959 et la Convention relative aux droits de l’enfant en 1989.

 

Qu’est-ce que la Convention relative aux droits de l’enfant ?

La Convention relative aux droits de l’enfant fait partie des textes internationaux juridiquement contraignants pour la garantie et la protection des droits de l’homme. Adoptée en 1989, la Convention a pour objectif de protéger les droits de tous les enfants dans le monde. Cette Convention représente le texte international le plus complet qui existe en termes de protection des droits de l’enfant.

La Convention a plusieurs « principes de base » qui sous-tendent tous les autres droits de l’enfant. La Convention comprend 54 articles qui établissent l’ensemble des droits civils et politiques de tous les enfants, ainsi que leurs droits économiques, sociaux et culturels.

Il préconise également la protection et la promotion des droits des enfants ayant des besoins spéciaux, des enfants appartenant à des minorités et des enfants réfugiés.

Cette Convention établit 4 principes qui doivent régir la mise en œuvre de tous les droits qu’elle défend :

  • Non-discrimination : La non-discrimination signifie que tous les enfants ont le même droit de développer leur potentiel – tous les enfants, dans toutes les situations, tout le temps et partout.
  • Intérêt général de l’enfant : L’intérêt général de l’enfant doit être « une considération primordiale » dans toutes les actions et décisions le concernant, et doit être utilisé pour résoudre la confusion entre les différents droits.
  • Droit à la vie, à la survie et au développement : Le droit à la survie et au développement souligne l’importance vitale d’assurer l’accès aux services de base et à l’égalité des chances pour que les enfants puissent s’épanouir pleinement.
  • Respect des opinions de l’enfant : L’opinion de l’enfant signifie que la voix des enfants doit être entendue et respectée dans toutes les questions concernant leurs droits.  Les pays doivent promouvoir la participation active, libre et significative des enfants à la prise de décisions qui les concernent.

Les États qui ont ratifié la Convention sont tenus de respecter et de veiller à ce que tous les droits qu’elle établit au nom des enfants soient respectés.

La CIDE a été ratifiée par plus de 190 pays depuis son adoption à l’unanimité par l’Assemblée générale des Nations Unies en novembre 1989. La ratification engage les pays à respecter un code d’obligations contraignantes à l’égard de leurs enfants. Grâce à la CIDE, les droits de l’enfant sont maintenant à la pointe de la lutte mondiale pour les droits de l’homme, qui doivent être garantis par la société adulte en tant qu’obligation légale, impératif moral et priorité de développement. Au cours des années qui se sont écoulées depuis l’adoption de la Convention relative aux droits de l’enfant, le monde a connu des progrès spectaculaires pour les enfants.

La garantie et la protection des droits de l’enfant est la préoccupation première de la convention.

 

La signification des droits des enfants

avec l’adoption de la Déclaration de Genève, en 1924. Le processus de reconnaissance des droits de l’enfant s’est poursuivi grâce à l’ONU, avec l’adoption de la Déclaration des droits de l’enfant en 1959.

La reconnaissance de l’intérêt de l’enfant et de ses droits devient réalité le 20 novembre 1989 avec l’adoption de la Convention internationale des droits de l’enfant.

Les droits de l’enfant sont des droits de l’homme. Ils protègent l’enfant en tant qu’être humain. En tant que droits de l’homme, les droits de l’enfant sont constitués par des garanties fondamentales et des droits de l’homme essentiels.

L’humanité doit faire de son mieux pour l’enfant.” Déclaration de Genève.

 

Comprendre les droits de l’enfant

  • Droit à la vie : Le droit à la vie signifie que chaque enfant doit pouvoir vivre sa propre vie. Les enfants ont le droit de ne pas être tués. Ils ont le droit de survivre et de grandir dans de bonnes conditions.
  • Droit à l’éducation : Le droit à l’éducation permet à chaque enfant de recevoir une instruction, de jouir d’une vie sociale et de construire son propre avenir. Ce droit est essentiel au développement économique, social et culturel.
  • Droit à l’alimentation : Le droit à l’alimentation est le droit de chaque enfant à manger. C’est le droit de ne pas mourir de faim et de ne pas souffrir de malnutrition. Toutes les cinq secondes, un enfant meurt de faim quelque part dans le monde.
  • Droit à la santé : Le droit à la santé signifie que les enfants doivent être protégés contre la maladie. Il faut leur permettre de grandir et de devenir des adultes en bonne santé. Cela contribue au développement d’une société active.
  • Droit à l’eau : Le droit à l’eau signifie que les enfants ont droit à l’eau potable et à des conditions sanitaires adéquates. Le droit à l’eau est essentiel à la santé, à la survie et à une bonne croissance.
  • Droit à l’identité : Chaque enfant a le droit d’avoir un nom, un prénom, une nationalité et de savoir qui sont ses parents. Le droit à l’identité signifie également que l’existence et les droits de chaque enfant doivent être officiellement reconnus.
  • Droit à la liberté : Le droit à la liberté est le droit de l’enfant de s’exprimer, d’avoir des opinions, d’avoir accès à l’information et de participer aux décisions qui affectent sa vie. Les enfants ont également droit à la liberté religieuse.
  • Droit à la protection : Le droit à la protection est le droit de vivre dans un environnement sûr et protecteur qui préserve le bien-être de l’enfant. Chaque enfant a le droit d’être protégé contre toutes les formes de maltraitance, de discrimination et d’exploitation.
« La seule chose que tous les enfants ont en commun, ce sont leurs droits. Tout enfant a le droit de survivre et de s’épanouir, d’être éduqué, d’être à l’abri de la violence et des abus, de participer et d’être entendu. »
-Secrétaire-Général Ban Ki-moon

 

Pourquoi célèbre-t-on la Journée Mondiale de l’Enfance ?

Dans de nombreux pays développés, les enfants n’ont jamais eu accès à l’éducation, aux soins de santé, à l’Internet et à bien d’autres choses encore. Mais des millions d’autres sont confrontés à des bouleversements sans précédent. Plus de 50 millions d’enfants ont été arrachés à leur foyer en raison des conflits, de la pauvreté et des changements climatiques, tandis que des millions d’autres sont confrontés à la violence dans leurs communautés. Selon l’ONU, environ 263 millions d’enfants ne vont pas à l’école et, l’année dernière, près de six millions d’enfants de moins de cinq ans sont morts de maladies qui auraient pu être évitées pour la plupart.

263 millions d’enfants ne sont pas scolarisés. On estime que 168 millions d’entre eux sont actuellement impliqués dans le travail infantile – la moitié d’entre eux effectuant des travaux dangereux. 156 millions d’enfants de moins de cinq ans souffrent d’un retard de croissance et d’un développement intellectuel limité. Près de 28 millions de personnes fuient leur foyer. Les chiffres sont très clairs : au moins 700 millions d’enfants dans le monde ont vu leur enfance volée selon le Rapport mondial 2016 publié par Save the Children.

Il y a beaucoup à célébrer…. de la baisse de la mortalité infantile à l’augmentation des inscriptions scolaires, mais cette étape historique doit aussi servir de rappel urgent qu’il reste beaucoup à faire. Trop d’enfants ne jouissent pas encore pleinement de leurs droits au même titre que leurs pairs.

Le statu quo ne suffit pas à faire de la vision de la Convention une réalité pour tous les enfants. Le monde a besoin d’idées et d’approches nouvelles, et la Convention doit devenir un document d’orientation pour chaque être humain dans chaque nation.

« En cette Journée Mondiale de l’Enfance, nous devons faire face à la vérité troublante que partout dans le monde, les droits de millions d`enfants sont violés chaque jour« , a dit Anthony Lake, Unicef Directeur Exécutif.

 

Comment est célébrée la Journée Mondiale de l’Enfance et comment y participer :

En général, la date est consacrée à la sensibilisation aux questions touchant les enfants, avec des discours sur la protection de l’enfance, le bien-être et les droits de l’enfant, ainsi que de nombreux événements célébrant l’enfance.

Il existe de nombreuses façons d’aider à promouvoir les droits de l’enfant et de donner de l’argent. Moneytrans a le plaisir de commémorer cette année la Journée mondiale de l’enfance par une campagne de solidarité mondiale axée sur ce thème : L’éducation inclusive.

Nous voulons changer la vie des gens par l’éducation et concentrer nos efforts sur ceux qui n’y ont pas accès. Pour Moneytrans, l’éducation représente les espoirs, les rêves et les aspirations des enfants, des familles, des communautés et des nations du monde entier. C’est le moyen le plus sûr de sortir du cycle de la pauvreté et de construire un avenir plus sûr et d’avoir des citoyens plus sains et plus productifs et des sociétés plus fortes… Parce que nous pensons que l’éducation ouvre le monde, nous voulons contribuer notre petit grain de sable en répandant cette initiative pour enlever la conscience des gens et faire appel à leur solidarité.

 

 


 

L’éducation ouvre sur le monde

¡Agissez! Vous aussi vous pouvez apporter votre grain de sel

¿Vous nous aidez?

DÉCOUVREZ TOUT CE QUE NOUS FAISONS POUR VOUS AIDER

 

 

Info via : Nations Unis, Unicef, Save The Children et Humanium.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles similaires