Table des matières

Développement durable, environnement et tourisme agro-écologique en RDC

 

Aujourd’hui nous allons vous faire part d’un des projets les plus ambitieux et l’un des plus extraordinaire en matière agricole en RDC. Initié par l’ONG Elongo Elonga, BYB est un projet agricole communautaire ayant plusieurs vertus. Il vise à valoriser la production locale, la consommation des produits bios et enfin développer un élan de solidarité communautaire.

En plein coeur de l’Afrique centrale, il est inconcevable qu’en 2017 des gens puissent encore mourir de faim…

 

Moneytrans soutient cette belle initiative; vous souhaitez en savoir plus ?

La RDC possède après le Brésil la plus grande superficie de terres arables cultivables au monde. Helas la sous-alimentation et la malnutrition y persiste et s’explique en partie par une très faible exploitation de ce potentiel agricole.

Pourtant avec ses terres immenses et fertiles, des pluies intenses et cours d’eau abondants, un climat equatorial, tropical, une population jeune symbole d’une main d’oeuvre performante, la RDC réunit á elle seule tous les atouts d’un veritable grenier alimentaire mondiale. Hors, sur 80 millions d’hectare de terres arables, seulement 10% sont cultivées; si on cultivait la totalité de ces 80 millions d’hectares, 2 milliards de personnes seraient nourries. 2 milliards de personnes, c’est toute l’Afrique, les Etats-Unis, l’Europe et encore quelques autres pays.

 

Un beau projet se réalise

Une communauté locale ByB qui signifie “Notre champ” s’est organisé et a inicié un créneau inédit dans l’encadrement agricole en vue d’assumer la prise en charge alimentaire de ses membres à un coût abordable.

Ce projet valorise le travail des fermiers et des paysans congolais; il se base essentiellement sur la solidarité, la mutualisation et la synergie des individus; le but: à défaut de produire à grande échelle, il permettrait de s’autosuffire en produits alimentaires de base. Aujourd’hui le pays vit essentiellement d’importations diverses dont la qualité nutritive est sans cesse remise en cause de part leur nature et manque de conservation.

Quand bien même les agriculteurs locaux s’efforcerait de produire plus, ils se retrouveraient buttés au manque de structures adéquates pour la preservation et l’acheminement de leur production vers de grands centres de consommation – ils se retrouvent ainsi exclus du marché national , d’où leur découragement et leur abandon de plusieurs cultures vivrières. Ceci justifie la rareté et le coût élevé des denrées alimentaires, l’accroissement du taux de chômage et de pauvreté en RDC.

 

Ensemble, les citoyens se mobilisent

En 2015 au coeur de Kinshasa, à l’issue de plusieurs sessions de reflexion, le docteur Mbay Serge et ses coéquipiers – Justin R.Aganza & Blaise Lubuma- Inmaculada Martin- Jules MutomBw- Raïssa Malu- entre autres,  imaginent une démarche collective qui permet aux citadins de diverses couches socio-professionnelles  de renouer de manière indirecte mais efficiente avec le travail de terre grâce à un modèle de coopérative agricole rénovée, les habitants des villes et des grands centres ont pu participer activement à une production à distance en se solidarisant avec leurs compatriotes vivant en milieu rural. Serge Mbay de souligner : “Il s’agit d’un modèle économique dans lequel les citoyens sont des contributeurs, en même temps que des producteurs, des consommateurs, des transformateurs et des marketeux.” Blaise Lubuma quant à lui, met l’accent sur l’aspect original du projet: “C’est une approche révolutionnaire dans un pays où l’accent est mis sur l’importation, visant à montrer que nous congolais nous pouvons faire de bonne choses, nous pouvons produire.”

 

Comment cela fonctionne ?

ByB a crée un circuit de production basé sur une gestion transparente des cotisations individuelles ; 60% de la récolte revient directement aux contributeurs, 20% sont attribués aux charges et les 20% restants sont destinés á l’épargne et au réinvestissement. Ce nouveau réseau agricole urbain se rapproche directement des organisations paysannes, finançant le projet executé par les partenaires ruraux.

En guise d’essai, l’equipe des Elongo Elonga s’octroi un champ experimental de 1 hectare pour la production du manioc dans la province du Congo Central. Ce fut un succès remarquable pour cette organisation non gouvernementales avec pour seul moyen de bord sa philosophie participative et son modèle d’agriculture communautaire ByB. Ils décident alors d’ouvrir ce modèle opérationnel à des personnes extérieures à l’ONG afin de le rendre plus performant; un ingénieur agronome devant conduire les travaux et un reporter d’image avec pour mission de faire découvrir les différentes étapes de l’exploitation agricole sont recrutés.

Pour ce pilote, le choix s est porté sur une denrée très appréciée bien qu’assez rare à cause de son prix de vente élevé : la pomme de terre. Un site de 30 ares a été aménagé au village de Mbanza Ngngu. Le but était de démontrer qu’il est possible de produire de la pomme de terre pas très loin de Kinshasa, à tout juste 150 km.

Pour une production estimée plus ou moins à 5 tonnes , le projet est estimé à 4.500 dollars répartis en 100 parts individuelles de 45$ chacune à toute personne souhaitant s’affilier á cette nouvelle dynamique de développement durable. Aussi pour alleger les charges des cotisants, différentes facilités ont été octroyées : une contribution en 3 mensualités ou encore une association par groupe de 3 á 5 personnes pour une même valeur d’action.

La phase d’exécution a démarré avec l’importation des semences arrivant au début du mois d’avril 2017 ; elle fut suivi d’une pregermination, de la germination à la fin du même mois permettant l’operation de mise en terre – quelques semaines plus tard quelques jeunes plantes avaient poussé, puis l’arrosage s’est intensifié. Un mois avant la récolte (Août 2017) il fut convenu un voyage touristique à caractère agro-écologique pour l’ensemble des contributeurs; prêt d une cinquantaine de personnes embarquèrent pour palper du doigt les réalités concretes, leur engagement financier et aller à l’encontre de ceux qui travaillent le produit qu’ils consommeront plus tard.

 

Des résultats positifs !

Les échos très favorables de cette expedition ont suscité une large emulation au point de suggérer une journée portes ouvertes en septembre 2017 sur le même site ; cette fois l’objectif était de faire participer tous les membres et sympathisants à la récolte individuelle de la pomme de terre. Le projet comptait comme invité de marque les représentants de l’ambassade sud africaine. Allier l’utile a l’agréable et a l’instructif fut le but ultime de cette excursion; un excellent moment pour ces citadins non habitués au calme et à l’air frais des terres de Mbanza Ngngu.

Au final, les actionnaires recevaient chacun 30kg de pommes de terre pour une part de 45$; autrement dit Byb dans sa phase probatoire a réussit a produire le kilo de pomme de terre en dessous du prix moyen d’achat sur le marché qui gravite autour des 2 dollars le kilo. Une veritable réussite laissant entrevoir clairement que dans les jours à venir avec l’augmentation du rendement de la productivité il sera possible de rendre accesible au pannier de tout ménagère la presence de cet aliment tant convoité à un prix défaillant toute concurrence.

 

Un projet qui suscite de l’intérêt

Le projet a attiré l’intérêt de congolais de tout bord : un ancien premier ministre de 83 ans, qui mis a part supporter le projet souhaite le reproduire dans sa propre ferme ; un professeur scientifique de l’INERA qui appuie et accompagne cette oeuvre de développement pérenne et des artistes comme Lexxus Legal n’ont pas manqué de soutenir ce projet porteur d’espoir et d’avenir.

Cette experience rappelle aux congolais qu’ils sont les maîtres de leurs destins et qu’en Afrique d’autres possibles sont envisageables. Ci joint un film documentaire du projet :

 

 


 

Moneytrans, établi depuis plus de 10 ans en RDC, a l’honneur d’être le partenaire privilégié des expatriés congolais établis en Europe et souhaitant contribuer à ce projet grâce à ses tarifs de transferts d’argent défiant toute concurrence. Contactez-nous pour en savoir plus, et suivez-nous sur Facebook ou Twitter pour être au courant de la suite de nos projets !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles similaires