Nos collègues unissent leurs voix

Table des matières

Chez Moneytrans, nous avons le plaisir d’avoir des collègues venant de plus de 42 pays pour nous enrichir. Aujourd’hui, nous parlons avec deux d’entre eux : Ilona (Ukraine) et Sofia (Russie). Toutes deux travaillent comme agents dans l’une de nos succursales en Espagne et leurs voix unies sont aujourd’hui non seulement un exemple de coexistence, mais aussi un message de solidarité nécessaire en ces temps de turbulences entre leurs pays d’origine.

 

Rencontrez Ilona, notre collègue ukrainienne

Ilona Falendysh est l’une de nos plus récentes additions à la famille Moneytrans. Elle est née à Kamenets Podilskyi, dans l’ouest de l’Ukraine, et après des vacances en Espagne en 2006, elle a décidé de commencer une nouvelle vie avec sa sœur jumelle dans ce pays. Aujourd’hui, elle vit à Malaga avec sa sœur et sa mère, et nous avons la chance de l’avoir dans notre agence pour aider nos clients.

En tant qu’Ukrainienne et migrante, nous avons voulu donner à Ilona l’occasion de parler de la crise dans son pays et de partager avec la communauté un message de soutien. Voici ses mots !

 

Comment vivez-vous la situation dans votre pays ?

Cette situation est très difficile pour moi, elle me fait beaucoup de mal parce que c’est mon pays, ma famille, mes amis, des gens que je connais y vivent. Chaque jour, je vois les informations, et je suis très inquiète, je ne peux pas croire que tout cela arrive à mon pays. Des personnes innocentes meurent, je n’aurais jamais pu imaginer qu’au 21e siècle, il y aurait une guerre. La situation est très dangereuse pour mon pays. Mais nous devons faire tout ce qui est possible pour protéger notre territoire.

 

Avez-vous de la famille en Ukraine ? Si vous avez de la famille là-bas, comment avez-vous pu les aider depuis le début de cette situation ?

Oui, j’ai de la famille en Ukraine. Mon père y vit, mon grand-père, mes tantes, mes cousins avec leurs familles, mes amis. J’ai beaucoup de famille là-bas. Il est très difficile d’aider quand on est loin, mais bien sûr j’essaie d’aider, d’abord avec mon soutien, chaque jour j’appelle, pour demander comment ils vont. Nous envoyons aussi avec ma famille beaucoup d’aide comme de la nourriture, des médicaments… Ma famille vit dans l’ouest, maintenant c’est plus ou moins calme là-bas, mais tout le monde a peur, cette situation est très difficile moralement et nous devons les soutenir.

 

Comment les espagnols peuvent-ils aider les citoyens ukrainiens ? Connaissez-vous une ONG ou une association qui pourrait vous aider ?

Les Espagnols peuvent aider les citoyens ukrainiens en envoyant de l’aide comme de la nourriture, des médicaments, des vêtements. Je connais une association ukrainienne qui aide beaucoup notre pays, en envoyant tout ce dont il y a besoin.
Il s’agit de l’association ukrainienne Maydan Malaga à Costa del Sol.

 

Que diriez-vous aux dirigeants des pays qui déclenchent ces guerres ?

Je leur dirais que la guerre n’est pas le moyen d’obtenir des choses. Que vous pouvez conclure des accords et vivre en paix. Je leur dirais de quitter mon pays, car personne ne veut la guerre.

 

Avez-vous un message pour la communauté ukrainienne ?

Je souhaite que cette guerre soit bientôt terminée. Je leur souhaite beaucoup de courage, et je veux leur dire que nous sommes tous avec eux. L’Ukraine a toujours été libre et nous ne la céderons à personne.

 

Où vous voyez-vous dans 5 ans ?

Dans 5 ans, je me vois comme une personne heureuse, travaillant toujours en Espagne. Et que tout ira bien avec mon pays.

 

 

Rencontrez Sofia, notre collègue russe

Comme Ilona, Sofia aide nos clients migrants à envoyer de l’argent, à ouvrir un compte Smile ou à répondre à leurs questions. Sofia est née en Sibérie, dans la ville d’Omsk, et en 1998, elle a décidé de se rendre en Espagne pour y vivre avec sa famille. Aujourd’hui, elle envoie un message d’unité entre les communautés russe et ukrainienne d’Espagne !

 

Comment vivez-vous la situation de la guerre entre la Russie et l’Ukraine ?

Très triste et très inquiète, c’est une situation que j’ai du mal à comprendre. J’ai de nombreux amis et connaissances ukrainiens, ma collègue de travail est ukrainienne. Bien que personne ne m’ait reproché directement ma nationalité, je ressens intérieurement de la honte et de la douleur pour tout ce que cette situation a créé.

 

Que diriez-vous aux dirigeants des pays qui déclenchent ces guerres ?

Je dirais la même chose que mes amis qui sont en Russie, ils se mobilisent et manifestent contre la guerre en Ukraine : Stop, No War ! C’est incroyable qu’au 21ème siècle il y ait la guerre, il semble que nous n’ayons rien appris. Nous devons résoudre les problèmes graves par le dialogue, et non par les armes.

 

Un message aux communautés ukrainienne et russe d’Espagne ?

Je suis russe, mais une partie de ma famille est ukrainienne, donc pour moi il est difficile de faire la distinction entre ces deux nationalités. Nous sommes des pays « frères » avec de nombreux points communs, d’ailleurs en Espagne nous partageons de nombreuses habitudes, nous allons à la même église, nous comprenons les mêmes blagues, nous écoutons les mêmes chansons et regardons les mêmes films. Nous sommes sur la même « vague », j’aimerais qu’il en soit toujours ainsi.

 

Diriez-vous que le soutien humanitaire que cette situation a suscité un sentiment d’espoir pour l’humanité ?

C’est certainement le cas. Lorsque le monde entier se rassemble dans des moments critiques comme celui-ci, cela nous donne l’espoir que tout n’est pas perdu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles similaires