Découvrez l’histoire inspirante de Leticia Carbajo, une femme immigrée qui a réussi !

Table des matières

Chaque année à l’occasion de la Journée de la femme, il y a des femmes qui, avec leur dévouement, leur ténacité et leur persévérance, font connaître leurs efforts pour parvenir à l’égalité des sexes. Chez Moneytrans, nous ne voulions pas manquer l’occasion de parler à notre directrice générale pour l’Espagne, Leticia Carbajo, dont l’engagement en faveur de l’autonomisation, de l’intégration sociale et de l’éducation des femmes se reflète dans les actions qu’elle promeut, comme l’initiative sociale « Making People Smile », qui vise à forger une visibilité positive des migrants et des femmes qui les entourent.

Sans aucun doute, sa manière de diriger véhicule une mission très claire : contribuer à la croissance, au progrès et au développement de la société de manière simple et équitable. Nous vous présentons ci-dessous son interview.

 

Elle a fait ses débuts dans le domaine de la finance dans son pays d’origine, la France, où elle a travaillé dans le domaine de la gestion d’entreprise, de l’analyse financière et de marché. Après avoir acquis une expérience dans des entreprises multinationales dans différents pays (Australie, France, Espagne), Leticia rejoint l’équipe de Moneytrans en 2011 en tant que contrôleur financier. Trois ans plus tard seulement, elle décide de présenter un plan de croissance et de restructuration à l’échelle mondiale au fondateur Francisco Sánchez Apellaniz, qui n’a pas hésité à lui donner l’occasion de le mettre en œuvre, en la nommant directrice générale de l’Espagne.

Ses ambitions pour l’entreprise ne s’arrêteront pas là. En 2018, elle propose et dirige la création d’un département de marketing mondial qui marque un avant et un après dans l’histoire de la marque avec un rebranding et la création d’un segment spécialisé dans le digital.

Mais ce qu’elle considère sans aucun doute comme sa plus grande réussite est son équipe et sa consolidation : ces dernières années, les effectifs de Moneytrans Espagne ont augmenté de 33% tandis que la cohésion du groupe s’est accrue sous la bannière de l’engagement social de l’entreprise.

Pour elle, le facteur humain est au cœur de l’organisation et la clé du succès de Moneytrans.

 

Avec le recul, en observant le chemin que tu as parcouru dans ta carrière, que dirais-tu à la Leticia de 15 ans ? 

Notre présent est le résultat des décisions que nous avons prises dans le passé ; je commencerais donc certainement par la remercier d’avoir eu confiance en elle et d’avoir veillé sur ses rêves. Pour s’être battue pour ce qu’elle voulait. Pour n’avoir jamais craint l’avenir. Je lui dirais également que les fruits de son avenir exigent beaucoup de concentration sur son présent ; je lui conseillerais de respecter les temps de repos et de travail, qui n’interfèrent pas avec les tâches qui peuvent parfaitement être reportées. Pour profiter pleinement de ce qu’elle fait. Voyager, faire des folies de temps en temps, s’entourer de personnes qui sont dans le même bateau, même si elles sont très différentes : c’est enrichissant !

 

Quels sont les obstacles que tu as dû surmonter en tant que femme et en tant qu’immigrante ?

Les normes et les stéréotypes sociaux néfastes sont les facteurs les plus puissants derrière les écarts persistants entre les sexes. Ces normes dépassées qui discriminent les femmes sont partout autour de nous et sont profondément ancrées. J’ai travaillé dans des secteurs et des entreprises à prédominance masculine, et au cours de ces 17 années, j’ai dû faire face à des commentaires discriminatoires occasionnels : “comment allez-vous gérer une équipe d’hommes qui sont plus âgés que vous ? Ils ne vous écouteront pas, ils ne respecteront pas vos décisions. Votre accent vous discrédite, vous ne pourrez pas voyager dans certaines parties du monde parce que vous êtes une femme, etc.”

Heureusement, j’ai toujours été une personne optimiste et pragmatique qui ne se laisse pas influencer par les opinions des autres. Prévenue des obstacles que je pourrais rencontrer, j’ai décidé d’apprendre à tirer le meilleur parti de ma « condition ».

Je me souviens d’une étude réalisée dans les années 90, qui demandait à 500 chefs d’entreprise, hommes et femmes, de décrire les caractéristiques qu’ils pensaient qu’un bon manager devait avoir. La plupart ont parlé de compétitivité, de capacité de direction, de confiance en soi et de désir de prendre des responsabilités. Qualités identifiées chez les cadres masculins et seulement chez une femme sur trois. Cependant, lorsqu’on leur a demandé quelles étaient les caractéristiques qui leur manquaient chez leurs patrons, ils ont souligné le manque de caractère compréhensif, d’intelligence, de sensibilité et d’empathie avec les autres, qualités qu’ils ont identifiées chez les femmes cadres.  À cette époque, il semblait déjà nécessaire de parvenir à un équilibre entre les capacités masculines et féminines au sein des organisations.

C´est ça, mon cheval de bataille. D’atteindre cet équilibre en développant à la fois mes compétences liées à la prise de décision, au leadership et à l’objectivité ainsi que l’intelligence émotionnelle, la sensibilité et l’empathie. Parce que nous sommes tous humains.

 

 

Quels sont ceux qui restent à surmonter en termes d’égalité des genres ?

Des entreprises au gouvernement en passant par la société civile, nous avons fait quelques progrès vers l’égalité des sexes, mais si l’on veut réduire la ségrégation, je pense que nous devrions commencer par modifier la structure professionnelle. Les emplois les mieux payés dans le secteur des services, tels que les services financiers, immobiliers et commerciaux et l’administration publique, sont toujours entre les mains des hommes. En revanche, les femmes sont les plus touchées par la difficulté de concilier vie professionnelle et vie personnelle ; les tâches ménagères et la garde des enfants tendent encore clairement à relever du secteur féminin. En ce sens, l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée vise à permettre aux hommes et aux femmes de partager les tâches ménagères de manière égale et de profiter également de leur temps personnel.

 

Chez Moneytrans, nous prenons très au sérieux l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, ainsi que l’intégration et l’égalité des sexes. Je suis fière de travailler aujourd’hui pour une entreprise qui ne se concentre pas sur les différences entre les hommes et les femmes, mais plutôt sur l’unification des forces et des compétences au profit d’un objectif commun.

Quel est le meilleur conseil qu’on t´ai donné dans ta carrière ? Et lequel donnerais-tu à une femme qui débute ?

Plus qu’un conseil, je dirais que une phrase d’un collaborateur dans mes premières années de carrière m’a marqué ; il a dit que « les gens sont prompts à juger les autres, mais lents à se corriger ». Une grande vérité qui m’a amené à me former continuellement et à tout remettre en question, à perfectionner et à rechercher des solutions innovantes ou des méthodes plus efficaces dans tous les domaines de l’entreprise. Il ne faut pas avoir peur de faire tomber certaines de ses croyances lorsque cela est nécessaire.

Mon conseil ? Quoi que vous fassiez, soyez différente. N’essayez pas d’imiter un homme, ayez plus d’ambition. Soyez persévérante et confiante. L’excellence est le meilleur moyen de vaincre le sexisme, mais n’ayez pas peur de l’échec. Osez et partez pour ce que vous voulez en tant que femme indépendante qui ne se laisse pas influencer par l’opinion des autres.

 

 

Quelle est la femme que tu admires le plus ?

Ma grand-mère. Elle a pris la décisiondans les années 1950, de quitter son cher pays pour offrir une meilleure qualité de vie à ses enfantsRien ne l’arrêtait, ni le fait qu’elle n’avait pas l’autorisation de son mari pour obtenir un passeport, ni les barrières linguistiques, ni ses maigres ressources.

 

   

Si tu pouvais choisir un personnage féminin historique pour partager un dîner, qui choisirais-tu ?

Une artiste mexicaine révolutionnaire pour son époque, tant dans son art que dans son mode de vie, – Frida Kahlo -, ou une auteure qui n’a eu ni prédécesseurs ni successeurs, – Simone de Beauvoir -, dont la pensée était un point de fuite qui lui permettait d’aller là où elle n’était pas allée auparavant.

Sans aucun doute, ce sont des femmes qui ont transcendé les barrières, sachant remettre en question tout ce qui était établi à leur époque et dans leur contexte social.

Selon toi, qu’est-ce qu’une femme émancipée ?

Une femme qui est connectée à sa véritable essence, qui a su briser ses barrières internes pour vivre de l’authenticitésans copier les modèles de pouvoir établis et accéder au sien : celui de réaliser ses rêves.  

 

 

Quelle est la première chose qui te vient à l’esprit quand tu entends le terme « féminisme » ?

ÉTIQUETTE. Les étiquettes nous aident à classer les données de manière méthodique, afin de créer un environnement plus confortable et plus facile à comprendre.  Mais ces désignations fixes et rigides sont trompeuses et souvent, la croyance que nous associons à une étiquette peut devenir limitative.

C’est le cas du mot féminisme. Une étude YouGov de 2018 a révélé ceci : moins de la moitié des hommes et des femmes interrogés dans cinq pays européens seraient d’accord pour dire qu’ils sont féministes. Les gens ne semblent pas rejeter le terme de féminisme parce qu’ils sont contre l’égalité des sexes ou parce qu’ils pensent qu’elle a été réalisée, mais ils ne se sentent pas identifiés avec ce terme.

 

 

Les femmes immigrées sont-elles l’avenir de nombreux pays en développement ?

Aujourd’hui, elles sont déjà près de la moitié de celles qui cherchent un avenir hors de leur pays : 48% selon les statistiques. Et elles sont plus nombreuses que les hommes lorsqu’il s’agit

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles similaires