Faites connaissance avec la Colombienne Juliana Maruri, lauréate du Social Entrepreneur Award

Table des matières

Aujourd’hui, à l’occasion de la Journée Mondiale de l’Entrepreneuriat Féminin, nous sommes fiers de partager avec vous la vision de Juliana Maruri, lauréate du meilleur projet social lors de la dernière édition des Moneytrans Immigrant Entrepreneur Awards.

Cette Colombienne installée en Espagne a étudié le design et l’administration culturelle, mais c’est son engagement pour les questions environnementales qui l’a amenée à proposer son idée gagnante : Bagloop, une production responsable de sacs réutilisables et une affirmation de la critique de la consommation. Dans son projet, elle applique des critères qui lui sont fondamentaux : le bien-être de la planète et le bien-être des personnes en offrant des opportunités d’emploi à des personnes en risque d’exclusion. Aujourd’hui, nous en apprenons plus sur elle en tant que femme entrepreneur !

 

Qu’est-ce que cela signifie pour vous d’être une femme entrepreneur ?

Se battre contre vents et marées. C’est beau et difficile à la fois, et en tant que femme, c’est deux fois plus difficile, en raison de problèmes tels que la conciliation familiale et de nombreux autres obstacles auxquels les femmes sont confrontées. C’est pourquoi mon entreprise cherche aussi à les soutenir, car c’est très dur. En effet, 90 % des personnes que j’emploie sont des femmes. En outre, les femmes, grâce à leur vision, ont un très large éventail de possibilités par rapport au modèle d’entreprise traditionnel, ce qui est très positif.

 

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans l’entrepreneuriat ?

J’ai un esprit très curieux, j’ai toujours aimé créer des projets et des idées. Avec ce projet particulier, je voulais créer quelque chose de différent par rapport aux mauvaises pratiques que l’on voit sur le marché.

Je trouve qu’il est difficile de rester les bras croisés alors que le consumérisme et le business as usual continuent. Si nous ne faisons rien pour changer les choses, en générant de nouveaux projets et de nouvelles idées, nous courons à notre perte. Bagloop défend ma position idéologique et a également été créé pour donner des opportunités d’emploi à d’autres personnes qui ont des difficultés à trouver du travail.

 

Je considère qu’il est essentiel que toute entreprise place les personnes au premier plan, ainsi que l’environnement, car notre bien-être en dépend. Entreprendre sans tenir compte de la planète est une énorme erreur. Nous devons adopter une approche réparatrice. C’est ainsi que nous pourrons avancer ensemble. – Juliana Maruri

 

Quelle est la chose la plus difficile dans le lancement de votre propre projet ? Quelle est la meilleure chose que l’esprit entrepreneurial vous ait apportée ?

Être son propre patron. Vous êtes beaucoup plus tyrannique avec vous-même que n’importe quel patron. Vous ne mettez pas de limite au temps que vous y consacrez. Vous êtes très exigeant avec vous-même, mais c’est nécessaire pour faire décoller le projet. Il est très difficile de se fixer des limites.

Le mieux, ce sont les gens sympathiques et la belle ambiance que j’ai pu trouver. Des gens qui ont les mêmes préoccupations… On peut changer les choses quand on apprend à agir au sein d’un même système. C’est ainsi que l’on génère un plus grand impact, tant sur les personnes que sur les environnements.

 

Est-ce que les rêves deviennent réalité ?

Oui, mais pas de la manière dont nous les idéalisons. Ils sont diffus et pleins de situations étranges. Parfois, une partie est réalisée et pas une autre… c’est l’essence même du rêve, il n’est pas linéaire. Mon rêve est de sauver la planète. Je ne le réaliserai pas en tant que telle, mais peut-être que j’arriverai à sauver de nombreuses « mini-planètes ». Même si vous mettez toutes vos forces dans la réalisation de quelque chose, l’environnement peut ne pas être avec vous. Si vous parvenez à changer une partie de vous-même, cela a déjà de la valeur.

 

Quel est le meilleur conseil que l’on vous ait donné lorsque vous avez voulu entreprendre ? Quel conseil donneriez-vous à d’autres femmes qui passent par le même processus ?

Je ne sais pas si c’est la meilleure, mais en tout cas une à laquelle je n’avais pas pensé auparavant : lorsque vous créez une entreprise, vous devez aussi penser à la façon dont elle va se terminer. Cela vous évite bien des problèmes, car vous anticipez. Ce n’est pas dans un sens négatif, mais dans un sens pratique. Cela vous amène à réfléchir, par exemple, à la manière de résoudre les futurs problèmes avec les fournisseurs…

Mon conseil : n’hésitez pas à le faire. L’expérience est toujours un gain. Et de s’appuyer sur les personnes qui vous sont proches. L’entrepreneuriat est très dur, tant sur le plan émotionnel que financier. Et il est très important de construire et de rechercher des réseaux de soutien, de sorte que si vous tombez, vous avez quelqu’un pour vous relever et vous donner un nouvel élan.

 

Où en est Bagloop ?

Bagloop encourage la réutilisation, ce qui va à l’encontre du côté plus commercial de l’achat et du réachat du même produit, encore et encore. En défendant l’éthique de la réutilisation, il nous est difficile de trouver un équilibre qui nous permette de nous maintenir. De plus, en accord avec nos valeurs, la production est centralisée en Espagne et dispose d’ateliers sociaux, ce qui rend notre produit plus cher par rapport à un produit de marque privée qui ne prend pas en compte les critères sociaux et environnementaux.

La crise sanitaire a porté un coup dur à mon activité. Il y a aussi la pandémie de plastique à usage unique, qui a été un problème supplémentaire pour mon projet. Nous avions l’habitude de distribuer à environ 20/30 boutiques en ligne, dont la plupart ont été contraintes de fermer à cause de la pandémie. Pour toutes ces raisons, nous sommes actuellement au point mort et nous nous réinventons afin d’aller de l’avant. Nous incluons, par exemple, des empreintes de mains pour nous démarquer. Nous redéfinissons la structure de la nouvelle ligne.

 

 

L’esprit entrepreneurial de Juliana et celui de millions de femmes qui, comme elle, ont décidé de créer leur propre entreprise, ne sont pas seulement un exemple de détermination et de courage, mais aussi une contribution essentielle à la visibilité et à l’autonomisation des femmes dans le monde du travail !

Chez Moneytrans, nous croyons fermement qu’il est possible de créer un monde meilleur – découvrez d’autres initiatives comme celle-ci sur Making People Smile !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles similaires