Journée Mondiale de la Santé : un projet innovant en RDC

Table des matières

« La santé avant tout » est l’une des phrases que l’on a pu entendre à de nombreuses reprises au cours de nos vies. Et pour cause, une bonne santé, c’est primordial ! Et pourtant, les inégalités d’accès aux soins, à l’eau potable ou encore à l’alimentation persistent dans le monde.

 

Afin de sensibiliser la population sur ces questions de santé et mettre en valeur les projets et initiatives qui contribuent à l’amélioration de la qualité de vie, on célèbre chaque année, le 7 avril, la Journée Mondiale de la Santé. La date étant choisie pour commémorer l’anniversaire de la création de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

À cette occasion, nous souhaitons vous faire part aujourd’hui du projet solidaire et orienté vers l’avenir lancé par notre directeur Moneytrans en République Démocratique du Congo, le docteur Serge MBay. Un projet qui s’attache à proposer une solution durable aux problèmes de sous-alimentation et de dépendance alimentaire du pays : Bilanga Ya Betu (BYB).

 

La République Démocratique du Congo, un pays à haut potentiel

Le projet Bilanga Ya Betu est un projet qui a vu le jour en République Démocratique du Congo, un pays avec un très grand potentiel. Il se trouve que la République Démocratique du Congo est le deuxième pays du monde avec la plus grande superficie de terres arables cultivables, juste après le Brésil. Pour être plus précis, on parle d’un chiffre qui s’élève à plus de 80 millions d’hectares de terres arables. La RDC dispose de nombreuses ressources : terres cultivables et fertiles, pluies intenses, cours d’eau abondants, climat équatorial et tropical, main d’œuvre dynamique… Pourtant, la malnutrition et la sous-alimentation sont des problématiques qui persistent à cause d’une mauvaise exploitation de ces ressources et d’un manque d’infrastructures adaptées.

Seulement 10% des terres sont cultivées alors que si la République Démocratique du Congo cultivait l’ensemble des terres, le pays pourrait nourrir 2 milliards de personnes, et 2 milliards de personnes c’est toute l’Afrique, les Etats-Unis, l’Europe et quelques pays encore.

 

 

Bilanga Ya Betu (ByB), une initiative de l’ONG Elongo Elonga

C’est dans ce contexte que le projet Bilanga Ya Betu (ByB) est né en 2015. Bilanga Ya Betu, qui signifie littéralement « notre champ » est une initiative de l’association Elongo Elonga créée en 2010 pour la promotion de la santé, de l’éducation et de l’environnement en République Démocratique du Congo.

ByB est un projet agricole communautaire qui vise à valoriser la production locale, la consommation de produits biologiques et le développement d’un réseau de solidarité communautaire. L’objectif est de réunir des membres, de mettre en place un système de cotisations et de produire, avec le budget à disposition, des produits alimentaires de base pour parvenir à s’autosuffire et à assumer la charge alimentaire des investisseurs à un coût abordable. Dans ce but, ByB a développé un circuit basé sur une gestion transparente des cotisations individuelles : 60% du montant investi revient directement aux contributeurs sous la forme des aliments récoltés, 20% sont affectés aux charges et les 20% autres sont épargnés ou réinvestis.

[mkd_blockquote text= »C’est un modèle économique dans lequel les citoyens sont contribuables, cotisants et en même temps producteurs, transformateurs, consommateurs ou même marketer. – Serge MBAY, promoteur ByB. » title_tag= »h2″ width= » »]

 

Un modèle agricole coopératif, solidaire et innovant

Après une première expérience de production de manioc réussie sur un champ d’un hectare, ByB s’est lancé un pari plus risqué : produire des pommes de terre, un aliment rare et cher en République Démocratique du Congo. Il fallait démontrer qu’au kilo, il était possible de produire de la pomme de terre pas très loin de Kinshasa, de la capitale. Pour une production estimée à plus ou moins quatre ou cinq tonnes de pommes de terre, 4 500 dollars ont été investis, répartis en 100 parts individuelles de 45 dollars, chacune ouverte à toute personne souhaitant s’affilier à cette nouvelle dynamique de développement durable.

Les semences ont été importées au début du mois d’avril 2017 et mise en terre à la fin du mois. Quelques semaines plus tard, de jeunes pousses ont fait leur apparition. Afin de tenir informés tous les investisseurs, les coordinateurs du projet ByB envoyaient régulièrement des emails ou publiaient des images et nouvelles sur les réseaux sociaux. Mais pour vraiment se rendre vraiment compte du fruit de leur investissement, il fallait que les actionnaires se rendent sur place. ByB a donc organisé un voyage touristique agroécologique un mois avant la récolte pour partager avec ceux qui le souhaitaient, la réussite du projet.

[mkd_blockquote text= »Ce fut une première expérience pour moi de voir de mes propres yeux comment une récolte se fait. Nous avons l’habitude de consommer les produits mais on ne sait pas comment ils arrivent jusque dans notre assiette.  J’ai trouvé ça extraordinaire.  – Blaise Lubuma, actionnaire ByB » title_tag= »h2″ width= » »]

Ce voyage a provoqué un tel engouement que ByB a décidé d’organiser en septembre 2017 une journée portes ouvertes sur le champ de pommes de terre pour que chacun puisse participer à la récolte. Une journée qui a permis aux investisseurs d’allier l’utile à l’agréable tout en apprenant un peu plus sur le processus de production de cet aliment si convoité en RDC.

 

 

Un projet d’avenir

Le défi a été relevé haut la main ! Chaque actionnaire a obtenu 30 kilos de pommes de terre pour 45 dollars, soit un prix au kilo inférieur au prix d’achat moyen sur le marché qui est d’environ 2 dollars le kilo. En plus d’être une réussite sur le plan économique, ByB a également été une réussite sur le plan humain. Avec de la solidarité et de la détermination, ByB a montré qu’il était possible de mettre en place des solutions durables pour pallier la dépendance alimentaire qui existe en RDC.

[mkd_blockquote text= »BYB nous a permis de voir autrement les choses, dans le sens que nous, congolais, nous pouvons faire de bonnes choses, nous pouvons produire. – Jules MUTUMBU, actionnaire ByB » title_tag= »h2″ width= » »]

Le projet a même attiré l’attention d’un ancien premier ministre qui a décidé de suivre la tendance dans sa propre ferme. L’objectif désormais est d’étendre l’expérience dans les 26 provinces du pays et de consolider ce réseau solidaire avec de nouveaux partenaires locaux, nationaux, voir internationaux.

 

 

 

Pour en savoir plus, voici le film documentaire du projet !

 


 

À Moneytrans, nous mettons un point d’honneur à partager les initiatives et projets d’avenir qui visent à réduire les inégalités dans le monde. Partenaire de Bilanga Ya Betu, nous avons à cœur de contribuer au succès de cet ambitieux projet de développement durable. Car nous ne sommes pas seulement une entreprise d’envoi d’argent, nous sommes bien plus ! Découvrez toutes les actions que nous menons et N’HESITEZ PAS À NOUS REJOINDRE !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles similaires