261, le numéro manquant du marathon de Boston

Table des matières

1967, une année où personne ne pensait qu’une femme serait capable de courir les 42 kilomètres qu’un marathon implique. Le célèbre marathon de Boston, pendant 70 ans, a été un événement exclusivement masculin.

 

« Aucune femme ne peut courir un marathon », ce furent les mots que son entraîneur, Arnie, dit à Kathrine Switzer. Mais elle savait qu’elle savait qu’elle pouvait le faire, qu’elle voulait le faire. Et bien que ces mots la hantaient, elle se prépara à courir avec la volonté de changer l’histoire de l’athlétisme féminin.

Au marathon de Boston de 1967, Kathrine qui, pendant les 3 mois précédant l’événement, avait commencé son entraînement pour le marathon, ne dut pas seulement faire face à un entraînement intensif. Quand vint le temps de s’inscrire à la course, elle, son entraîneur et son petit ami qui décidèrent de participer aussi à la course, ont été assaillis par les doutes et la peur. Jusque-là, aucune femme n’avait participé à ce marathon, et malgré le fait que la société le désapprouvait, ils ne savaient pas si c’était légal ou non ; le règlement de la course n’en parlait pas non plus. Mais Kathrine avait un rêve, elle ne voulait pas reculer et elle ne voulait pas que des règles sociales non écrites lui ôtent ce rêve, alors elle décida de s’inscrire à la course avec ses initiales, K. V. Switzer.

 

Se jeter dans la gueule du loup

Le jour où le marathon de Boston commença, on ne savait pas si les organisateurs la laisseraient participer à la course ou la mettraient à la porte. Heureusement, son sweat-shirt et son pantalon de survêtement long l’aidèrent à se camoufler parmi les autres concurrents, mais il lui fallut quand même aller chercher son numéro d’identification.

« J’ai étiré mon pull pour pouvoir mettre mon numéro sans croiser le regard du juge. J’ai senti comment il a posé sa main sur mon épaule, m’a poussé un pas en avant, et a crié : « Allez, athlètes, bougez, continuez à marcher », et j’ai réussi à passer. »

En sortant, bien qu’accompagnée de son entraîneur et de son petit ami, elle remarqua quelque chose d’étrange, les autres coureurs la regardaient et la reconnaissaient, mais loin d’être contrariés et surpris de voir une femme parmi eux, ou de la discriminer, ils lui souhaitèrent simplement bonne chance. Selon Kathrine, ils étaient contents d’avoir une femme à leurs côtés pendant la course. C’est ainsi que la Mecque des coureurs de marathon commença.

Elle n’avait pas peur de l’effort physique et mental de participer à une course de plus de 42 kilomètres ; elle ne se sentait pas fatiguée et continuait à la course à un bon rythme.

Mais c’est à ce moment-là que se produisit un événement qui resterait dans l’histoire de l’athlétisme, du sport féminin et de la société.

Un bus de presse commentant la course passa en filmant les participants, y compris Kathrine. L’un des membres de l’équipe de l’autobus, Jock Semple, vit qu’il y avait une femme parmi les coureurs et courut après elle. Essayant de l’attraper, de la pousser et il cria « Sortez de ma course, rendez-moi ces numéros. » C’est à ce moment-là que son entraîneur Arnie commença à lui crier de la laissait tranquille, qu’il l’avait entraînée et qu’elle pouvait participer comme tout le monde. Cela n’avait pas d’importance pour Jock qui n’arrêtait pas d’essayer de l’attraper et de la pousser juste parce qu’elle était une femme. Heureusement, le petit ami de Kathrine, Tom, un joueur de football, poussa Jock hors de la course.  » Cours comme tu n’as jamais couru « , dit-il à Kathrine.

Cet événement eut lieu devant le bus de presse, qui filma tout ce qui s’était passé, et cela attira l’attention de tous les regards sur Kathrine, car le bus la suivit tout au long de la course. Et bien que qu’elle aurait aimé ne pas se trouver là un instant, elle avait un rêve qui importait plus qu’une simple pression des regards. « Je savais que je devais terminer cette course, sinon les gens penseraient à nouveau qu’une femme ne peut pas courir un marathon. Ce Jock Semple et tout le monde comme lui aurait gagné. » C’est pourquoi elle continua à courir de toutes ses forces, et avec l’aide de son entraîneur, elle franchit la ligne d’arrivée du marathon de Boston et ses 42 km et 195 mètres.

 

moneytrans-kathrine-switzer
Kathrine Switzer au Boston Marathon de Boston

Le début d’une carrière importante

Le lendemain, après un repos bien mérité, ils retournèrent chez eux, et lorsqu’ils s’arrêtèrent à mi-chemin à une station-service pour faire le plein d’essence, ils se rendirent compte de quelque chose. Un homme assis en train de lire un journal attira l’attention de Kathrine, de Tom et d’Arnie, car, sur la première page du journal, Kathrine figurait sur la couverture et sur plusieurs pages à l’intérieur comme la femme qui avait couru un marathon.

Quand elle franchit la ligne d’arrivée, elle ne se rendit pas compte qu’elle avait non seulement terminé une épreuve sportive, mais qu’elle avait changé l’histoire pour toujours ; 5 ans plus tard, les femmes étaient officiellement autorisées à participer aux marathons, et 7 ans plus tard, Switzer remportait le marathon de New York en 1974.

Après avoir été la première femme à courir un marathon, elle décida de consacrer sa vie au sport et devint une ardente défenseuse des femmes dans le sport en créant un mouvement mondial à but non lucratif qui promeut la présence des femmes dans l’athlétisme appelé 261 Fearless.

50 ans après son premier marathon de Boston en 2017, Kathrine Switzer reprit la même course avec le même dossard qu’elle avait utilisé pour la première fois en 1967, le 261. Après avoir terminé la course, les organisateurs du marathon retirèrent le dossard avec le numéro de cette compétition, comme souvenir de l’exploit qu’elle avait réalisé.

 


 

Chez Moneytrans, cette histoire nous inspire ; nous croyons au dépassement de soi que Kathrine a démontré, et à celui que nous avons tous en nous. C’est pourquoi nous voulons continuer à nous améliorer et pas seulement être une société de transfert d’argent, nous voulons devenir quelque chose de plus.

Nous voulons être à vos côtés pour vous soutenir à tout moment de votre vie et vous donner la sécurité et la tranquillité d’esprit que vous méritez. Nous voulons promouvoir une société plus inclusive et égalitaire.

Nous sommes fiers de contribuer à l’évolution des pays sous-développés, permettant l’inclusion financière des 2,5 milliards de personnes dans le monde qui n’ont pas de compte bancaire ou d’accès aux systèmes financiers. Découvrez tout ce que Moneytrans peut faire pour vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers Messages

Catégories

Articles similaires