Guide pour vivre en France

Table des matières

Vous êtes immigrants et vous pensez emménager en France bientôt ? Apprenez tout ce qu’il faut savoir pour vivre en France grâce à ce guide, les documents nécessaires, la recherche de logement, de travail, l’obtention d’un compte bancaire et plus encore ! Profite d’un séjour simplifié grâce à notre guide !

 

Documents nécessaires pour vivre en France

Afin que votre arrivée en France se passe au mieux, nous vous conseillons d’apporter un maximum de documents vous concernant tels que votre acte de naissance, vos certificats ou diplômes obtenus, les lettres de références de vos employeurs précédents, votre permis de conduire ou encore votre dossier médical. En effet, cela vous permettra de ne pas avoir à réclamer certains documents à l’administration de votre pays d’origine après votre arrivée.

De plus, n’oubliez pas que la légalisation (afin de vérifier l’authenticité de vos documents) et la traduction de vos papiers fournis sont nécessaires pour reconnaître leur valeur par les autorités françaises.

Dès que vous posez le pied sur le sol français, vous devrez adresser un certain nombre de procédures administrative pour que votre séjour se déroule sereinement :

  • Vous devrez vous adresser à l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) si vous êtes dans le cas d’un visa long séjour valant pour votre titre de séjour [Link to article about visas].
  • Vous devrez vous tourner vers la préfecture de votre département pour tout visa portant la mention “titre de séjour à solliciter”.

 

Les différents visas et permis à avoir

Pour entrer sur le territoire français, il faudra effectuer de nombreuses démarches administratives, vous permettant ainsi d’y vivre et d’y travailler. Certaines de ces procédures se font avant d’arriver en France alors que d’autres se font sur place. On peut alors distinguer trois grandes catégories de documents à obtenir :

– Visas d’entrée : En effet, pour pouvoir rentrer sur le territoire français, il faut être titulaire d’un visa. La catégorie va différer en fonction de votre situation car ils ne confèrent pas tous les mêmes droits. Les citoyens européens et des pays de l’EEE n’ont pas besoin de visa pour pouvoir vivre en France.

– Permis de résidence : Vous aurez besoin d’un permis de résidence dans le cas où vous séjournez en France plus de 3 mois. Contrairement au visa qui s’obtient avant de venir en France, le permis de résidence est délivré uniquement sur place.

– Permis de travail : En général, ce document est assimilé à un permis de résidence spécifiant votre aptitude à travailler en France. DE la même manière, les citoyens de l’UE et de l’EEE n’en n’ont pas besoin.

 

Quels visas choisir ?

Avant toutes choses, sachez que tous les citoyens de l’UE ou de l’EEE sont exemptés de toutes procédures concernant les visas.

Si vous ne faites pas parti de ces nationalités, vous devrez alors faire une demande de visa. Les visas ont une durée de validité limitée et commence lors de votre arrivée en France. L’important est de choisir le type de visa qui vous convient car si vous souhaitez prolonger votre séjour, vous devrez sortir de l’espace Schengen afin de refaire une autre demande.

Voici les différents types de visas que vous pouvez obtenir :

– Le visa court séjour : Valable 3 mois maximum. Libre circulation dans tout l’espace Schengen. Pour sortir de l’espace Schengen lors de votre séjour, vous devrez alors demander un visa multi-entrées.

– Le visa long séjour : Valable entre 3 et 6 mois. A votre arrivée, vous devrez demander une carte de séjour temporaire afin de préciser votre statut en France (étudiant, raisons familiales, travail etc.)

– Le visa long séjour de six mois : Valable 6 mois sans obligation de demander une carte de séjour temporaire.

– Le visa court séjour spécifié étudiant ou concours : Uniquement si vous êtes étudiant inscrit dans un établissement d’enseignement français à condition de valider un examen ou entretien. Dans le cas où vous êtes admis, vous pourrez alors faire la demande d’une carte de séjour temporaire.

– Visa de circulation : Valide entre 1 et 5 ans. Autorise la personne concernée à rester maximum trois mois en France tous les 6 mois.

– Visa de transit aéroportuaire : Dans le cas où lors d’un voyage, vous passez par la France. L’obtention du visa est longue donc prévoyez un délai suffisent avant votre départ.

Nous vous conseillons d’effectuer les demandes de visas entre 8 et 12 semaines avant votre départ afin d’être sûr de l’avoir. Afin d’en savoir plus, rendez-vous sur le site français du Ministère de l’Intérieur. Vous y trouverez toutes les informations nécessaires quant aux procédures à effectuer.

 

Obtenir son titre de séjour

Lors de votre arrivée en France vous pouvez vous trouver dans deux cas de figure différents : titulaire d’un visa long séjour valant de titre de séjour ou celui-ci mais incluant la mention “titre de séjour à solliciter”. En effet, les démarches à effectuer seront différentes dans ces deux cas.

1. Visa long séjour valant de titre de séjour : vous devrez effectuer vos démarches auprès de l’OFIL. Afin que votre visa soit valable en tant que titre de séjour, vous devrez dès votre arrivée en France, compléter le formulaire “Demande d’attestation OFIL” que vous devriez avoir lors de la délivrance de votre visa. Ce dernier devra être envoyé à la direction territoriale de l’OFIL de votre lieu de résidence en France. Il faudra y joindre une copie de votre passeport, du visa délivré et votre certificat médical.

Par la suite, l’OFIL pourra enregistrer votre dossier et vous recevrez une attestation de dépôt de dossier à l’adresse indiquée. Lors de votre convocation, l’organisme vous apposera une vignette sécurisée et un cachet dateur dans votre passeport, qui vaudra pour titre de séjour pour toute la durée de validité de votre visa. Enfin, vous devrez signer un contrat d’intégration républicaine. Si vous souhaitez prolonger votre séjour en France, vous devrez soumettre une seconde demande dans les deux mois précédents l’expiration de votre visa.

2. Visa long séjour portant la mention “titre de séjour à solliciter” : Dans les deux mois suivants votre arrivée en France vous devrez vous présenter à la préfecture ou sous-préfecture de votre département de résidence. Pour savoir quelle pièce justificative apporter, consultez le site web de la préfecture.

Après avoir pris un rendez-vous en préfecture, vous devrez vous y rendre avec les documents requis. A la suite du rendez-vous, on vous donnera un récépissé de demande de titre de séjour (durée minimum d’un mois). De la même façon, lorsque votre dossier est validé, vous devrez signer un contrat d’intégration républicaine à l’OFIL. Par la suite, vous devrez répondre à la convocation de la préfecture afin de connaître leur décision. Si cette dernière est positive, un titre de séjour vous sera délivré.

Dans les deux cas, vous devrez vous acquitter des frais grâce à des timbres fiscaux. En ce qui concerne les autorisations de travail, vous devrez vous renseigner auprès de la préfecture ou sous-préfecture de votre département.

 

Chercher un logement

Comme partout, en arrivant dans un nouveau pays, vous devrez vous confronter à la problématique du logement. Vous avez en effet deux possibilités, devenir locataire ou propriétaire, qui implique en général l’emprunt à une banque.

En fonction de la localisation, la taille, et l’état du bien, le prix à la location comme à l’achat varie. Vous avez également la possibilité de vous tourner vers le secteur privé (en passant par : les petites annonces, agences immobilières, notaires etc.) ou public.

Voici quelques sites sur lesquels vous pouvez compter pour trouver votre logement:

  • www.seloger.com
  • www.leboncoin.fr
  • www.superimmo.com
  • immobilier.lefigaro.fr
  • www.logic-immo.com

 

vivre-en-france-logement-moneytrans

 

Être locataire

Dans le cas où vous souhaitez louer un logement qui relève du domaine du privé, vous devrez vous prêter à différentes formalités administratives indispensables. Voici les documents à fournir en cas de location :

  • Signer un bail établi pour une durée déterminée.
  • Un dépôt de garantie qui équivaut à un mois de loyer (normalement, on vous le rendra à la fin du bail).
  • Faire un état des lieux pour reconnaître l’état initial de l’appartement avant d’être loué.
  • Pour certains cas, se prévaloir d’un garant, soit d’une personne capable d’assurer le paiement des loyers dans le cas où le locataire ne les paie plus

De plus, vérifiez bien si les charges sont comprises ou non, auquel cas, elles devront être rajoutées au loyer. Enfin, vous devrez souscrire à une assurance pour le logement loué. Pour mieux gérer votre budget, assurez-vous que le loyer (charges comprises) n’excède pas 30% de votre salaire mensuel net.

 

Accès à des logements sociaux

En effet, en France, il existe un certain nombre de logements sociaux disponibles à la location, destinés à loger des individus aux revenus plus faibles (consultez les différents plafonds de revenus). Pour cela, il faut faire une demande en mairie d’un logement social ou d’une habitation à loyer modéré (HLM).

Pour cela, vous devrez remplir un formulaire national vous permettant ainsi d’effectuer votre recherche dans différentes communes, via la mairie de votre ville ou un des organismes HLM du département visé. Vous avez également la possibilité de faire une demande en ligne directement à ce lien.

Lorsque vous vous serez enregistré, vous aurez accès à un numéro d’enregistrement et d’une attestation d’enregistrement. Enfin, une commission d’attribution jugera de l’attribution de votre logement en fonction de votre situation personnelle. Soyez conscient que le temps d’attente peut varier de manière conséquente en fonction des dossiers.

Sachez qu’il existe également des Centres de Réinsertion Sociale (CRS) présents dans les grandes villes. Ils ne sont disponibles qu’en cas de grosses difficultés.

 

A quels aides avez-vous droit ?

En résident en France et à condition d’être sujet à un séjour régulier, et d’avoir suffisamment de ressources, vous aurez la possibilité d’avoir accès à certaines aides au logement comme les APL (Aide Personnalisée au Logement ou allocation logement) et l’ALS (Allocation de Logement Social), délivrées par les Caisses d’Allocations Familiales (CAF). En fonction de votre profil (revenu, type de logement, prix de la location etc.), le nombre de personnes résidantes, la localisation du lieu, le montant des aides sera plus ou moins important. Pour savoir à quelles aides vous êtes éligible, vous pouvez consulter le site de la CAF.

Vous aurez alors besoin de plusieurs documents afin de compléter votre demande :

  • Votre contrat de location avec votre nom inscrit dessus.
  • La version originale de votre Acte de naissance ou de votre Etat civil ainsi qu’une traduction officielle si jamais le document est écrit dans une autre langue.
  • Joignez tous les documents requis afin que votre demande soit tout de suite prise en compte.

 

Chercher du travail

Lors de votre venue en France, trouver un travail sera une étape essentielle au bon déroulement de votre installation. En effet, plusieurs possibilités vous permettront de trouver un emploi : vous pouvez être embauché en tant que salarié ou vous positionner en tant qu’indépendant en créant votre propre business. Au moment de votre entretien avec la personne de l’OFIL, vous aurez l’opportunité de lui faire part du type de recherche qui vous conviendrait le mieux, afin qu’il puisse vous guider.

A votre arrivée en France, vous devrez alors suivre une formation civique nommée “Vivre accéder à l’emploi en France”. Durant cette formation, vous pourrez en apprendre beaucoup sur les organisations à contacter ainsi que les différentes démarches à initier.

Afin de maximiser vos chances de trouver un emploi lors de votre arrivée, vous pouvez d’abord faire appel à vos proches et aux contacts résidants en France qui pourraient éventuellement vous aider à cibler votre recherche ainsi qu’à rédiger un CV, une lettre de motivation ou autre.

Si cette piste n’est pas envisageable, rapprochez-vous de l’organisme Pôle Emploi qui vous aidera à mieux vous informer, vous orienter, et vous accompagnera dans vos démarches. Cet organisme vous fournira un suivi personnalisé et vous proposera toutes les offres d’emplois qui s’offrent à vous selon votre profil.

Pour cela, vous devrez vous inscrire sur internet ou en appelant le 3949 ou en vous rendant dans l’agence la plus proche si vous ne pouvez pas le faire en ligne. Pour vous inscrire, vous devrez fournir:

  • Votre titre de séjour.
  • Votre carte de sécurité sociale.
  • Votre CV.
  • Vos certificats de travail sur les 4 dernières années.

A la suite, un conseillé vous contactera afin qu’il puisse identifier au mieux vos besoins et vos recherches.

Une autre possibilité s’offre à vous. En France, vous avez la possibilité de suivre une formation professionnelle qui vous permettra d’accéder à un emploi en améliorant vos compétences et de faciliter votre employabilité. Pour obtenir des renseignements, des agences telles que Pôle Emploi sont là pour vous conseiller. Des formations privées et payantes sont aussi disponibles et délivrées par l’AFPA (Association pour la Formation Professionnelle des Adultes).

Si vous cherchez un emploi, voici quelques sites internet utiles pour vous :

  • https://www.pole-emploi.fr/accueil/
  • https://fr.indeed.com/
  • https://www.monster.fr/
  • https://business-cool.com/work/connexion/
  • https://www.jobijoba.com/fr/
  • https://www.linkedin.com/jobs/
  • https://www.jobteaser.com/403

 

Reconnaissance des diplômes

En France, il existe deux cas de figure. Les professions sont soit réglementées soit non réglementées.

Dans le cas des professions non réglementées, tout le monde peut exercer ces dernières. En effet, seules vos expériences et vos compétences seront prises en compte par l’employeur. Les diplômes peuvent être utilisés mais n’ont aucune valeur légale.

Pour les professions réglementées, deux sous-catégories se distinguent :

– Les professions encadrées par une directive sectorielle : Les professionnels de ce domaine peuvent exercer leur profession dans toute l’Union Européenne mais doivent impérativement posséder une certification reconnue par le groupement professionnel dont dépend leur profession. Ce sont des professions telles que médecin, dentiste, pharmacien, sage-femme, architecte etc.

– Les professions non-encadrées par une directive sectorielle : dans ce cas de figure, les diplômes doivent être reconnus par un groupement professionnel officiel. En effet, cela regroupe les professionnels de la santé, du droit, et transports etc.

 

À quelle assurance santé avez-vous droit ?

En France, il existe un service nommé Assurance maladie. Souscrire à cette assurance est obligatoire pour personne qui travaille ou qui réside en France régulièrement. Sans elle, vous ne pourrez pas vous faire soigner.

Afin d’y accéder, vous devrez aller à la caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) du département dans lequel vous résidez. Si vous avez des enfants âgés de moins de 18 ans, ils seront directement rattachés à vous. Selon votre profil, l’Assurance maladie vous affiliera à un certain régime.

De plus, la PUMA (Protection universelle Maladie) permet que les frais de santé de toutes les personnes travaillant ou résidant en France, soient pris en charge tout au long de la vie. Vous pourrez alors obtenir un numéro d’immatriculation qui vous permettra d’obtenir votre Carte Vitale. Cette dernière sera indispensable, notamment lors de visites chez le médecin, à la pharmacie, en laboratoire, à l’hôpital etc. Certains des frais médicaux seront alors pris en charge par la Sécurité Sociale grâce à cette carte. De plus, veillez à indiquer le nom de votre médecin traitant afin d’être mieux remboursé.

Si vous le souhaitez, vous pouvez également souscrire une assurance supplémentaire privée qui prendra en charge une partie ou même tous vos frais médicaux. Avant de commencer les démarches pour cette option, vous devrez être obligatoirement rattaché à l’Assurance Maladie.

 

Comment être affilié à la sécurité sociale ?

En France, la population est divisée en plusieurs régimes sociaux qui regroupent :

  • Le régime général pour les salariés (80% de la population est couverte par ce régime).
  • Le régime autonome pour les professions libérales.
  • Le régime agricole pour les professionnels de l’agriculture
  • Le régime spécial pour d’autres types de professions telles que le personnel de maison.

En effet, le régime général concerne la plupart des étrangers travaillant en France puisqu’il couvre les aspects suivants : la maladie, la maternité, les accidents du travail, l’invalidité, la vieillesse et veuvage, la mort, les allocations familiales, les assurances chômage et la retraite. Lorsque vous êtes salarié, votre employeur doit vous enregistrer auprès de l’URSAF (Union de Recouvrement des Cotisations Sociales et d’Allocations Familiales). Ce dernier prend en charge les régimes de la Sécurité Sociale ainsi que les assurances chômage. Afin de bénéficier de tous ces services, vous cotisez chaque mois une certaine somme déduite automatiquement de votre salaire, partagée entre cotisations salariales et patronales.

Au moment où vous serez enregistré, vous recevrez un certificat d’affiliation à la Sécurité Sociale comprenant votre numéro et votre carte Vitale. Cette dernière vous permettra d’être remboursé pour la plupart des soins dont vous bénéficierez. Le taux de remboursement varie en fonction du type de soin et du régime duquel vous dépendez. Afin de pouvoir échanger sur votre couverture, vous devrez vous rapprocher de l’agence CPAM la plus proche de chez vous.

 

Obtenir un compte bancaire

Comme vous vous en doutez, avoir un compte bancaire de nos jours est indispensable à toutes nos actions du quotidien. En effet, vous pouvez alors vous rendre dans la banque de votre choix avec votre papier d’identité ainsi que votre justificatif de domicile et demander à ouvrir un compte. Cela vous donnera accès à une carte bancaire, un chéquier, un IBAN et un RIB, nécessaire pour effectuer des virements. Cela vous permettra de percevoir vos salaires, de payer vos factures, d’envoyer de l’argent à vos proches restés au pays et bien plus encore.

En principe, ouvrir un compte bancaire de base en France doit être accessible à toute personne en règle. Cependant, lorsque vous arrivez dans un nouveau pays, tout n’est pas toujours aussi simple. Pour cela, nous avons la solution ! Moneytrans vous offre la possibilité d’ouvrir un compte courant en ligne gratuitement et sans engagement. Profitez de ses multiples avantages, la rapidité des actions, la gestion autonome de vos finances, un RIB, et pas de paperasse nécessaire etc. De plus, bénéficiez de la Mastercard gratuite.

Si vous souhaitez envoyer de l’argent à vos proches à l’étranger, le Compte Smile est fait pour vous ! Vous bénéficierez d’une réduction pour tous vos envois d’argent payés avec votre Compte Smile.

 

compte-courant-france-moneytrans

 

Quel forfait téléphonique choisir ?

Aujourd’hui, posséder un forfait téléphonique performant est essentiel, notamment lorsque vous souhaitez garder un lien fort avec vos proches restés au pays. Pour cela, plusieurs options s’offrent à vous :

Vous pouvez garder l’opérateur de votre pays même si souvent, cette option n’est pas la plus économique du fait des tarifs à l’international sur les appels que vous recevrez. Dans ce cas, appelez votre opérateur afin qu’il puisse vous informer de l’état de votre forfait lorsque vous serez en France. Vous devrez peut-être modifier votre forfait pour avoir accès à toutes les options souhaitées.

Achetez une carte téléphonique internationale prépayée pour bénéficier d’un service complet et intéressant pour vous. Cette dernière vous permettra d’appeler aux quatre coins du monde dès que vous le souhaiterez en ne payant aucun frais supplémentaire.

Choisissez un abonnement en France pour profiter de prix mensuels intéressants et pouvoir contacter vos proches sans soucis. Pour cela, sachez que trois opérateurs majeurs couvrent la majorité du réseau et sont disponibles pour vous : Moneytrans, SFR ou encore Bouygues Télécom. Evidemment, il en existe d’autres seulement, si vous prévoyez de vivre dans des zones moins performantes au niveau de la couverture réseau, mieux vaut privilégier un opérateur possédant une très large couverture. Vous pouvez trouver la couverture réseau des opérateurs cités précédemment sur leur site internet. De cette façon, vous pourrez alors savoir si votre zone d’habitation est couverte.

 

Permis de conduire et identification de véhicule en France

Comme partout, en France, vous aurez besoin de vous déplacer, notamment en voiture. Lors de votre arrivée en France, si vous détenez un permis de conduite non européen, vous pouvez conduire pendant un an sans aucun souci. Si vous pensez rester plus longtemps en France, vous devrez alors effectuer certaines démarches administratives pour que votre permis soit reconnu. Pour cela, il doit évidemment être encore valide et doit être accompagné par un permis de conduire international. Dans le cas où les autorités de votre pays d’origine ne délivrent pas de permis international, vous devrez avoir une traduction officielle de votre permis national.

En effet, votre permis devra être transformé en permis français durant la première année de séjour. Nous vous conseillons de vous y prendre dès votre arrivée car si ce délai expire, vous serez dans l’obligation de repasser l’examen du permis de conduire français pour pouvoir légalement continuer à conduire en France, sinon les peines encourues peuvent être assez lourdes.

Afin d’échanger votre permis, vous devez vous rendre sur le site web de la préfecture la plus proche de chez vous afin de vous renseigner sur les pièces justificatives à fournir. Tous les documents présentés devront être des originaux et rédigés en français.

Dans le cas où l’échange est validé par la préfecture, vous obtiendrez un permis français en échange de votre permis étranger. La date d’obtention inscrite sur votre nouveau permis français sera la même que sur l’ancien.

En ce qui concerne l’immatriculation de votre véhicule étranger en France, vous devrez obligatoirement le faire dans un délai d’un mois après votre arrivée.

Pour cela, vous avez la possibilité de mandater un professionnel de l’automobile qui effectuera toutes les démarches pour vous, ou bien, faire la démarche vous-même à la préfecture de votre choix. De la même manière, vérifiez sur leur site internet les démarches et documents requis.

Dans tous les cas, ces documents seront nécessaires :

  • Une pièce d’identité valide.
  • Un justificatif de domicile.
  • Le paiement du certificat d’immatriculation (chèque, espèce ou carte bancaire sur place).
  • Le formulaire cerfa N°13750*04 de demande de certificat.
  • Le justificatif fiscal : certificat 846A délivré par le service douanier.

 

guide-vivre-en-france-moneytrans

 

Avec ce guide, vous voilà maintenant prêt à venir vivre en France !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers Messages

Catégories

Articles similaires