Un guide détaillé pour vivre sereinement en Italie

Table des matières

Vous êtes un immigrant et vous envisagez de vivre en Italie ? Vous trouverez dans ce guide toutes les informations nécessaires concernant les documents, les permis de séjour/travail, les comptes bancaires, l’envoi d’argent, les soins de santé, les permis de conduire et la recherche d’un logement. Grâce à ce guide pratique, vivre en Italie sera plus facile !

 

1. Documents nécessaires pour vivre en Italie

Tous les migrants souhaitant vivre en Italie devront obtenir les documents ou le visa appropriés pour entrer en Italie. Combien de temps avez-vous l’intention de rester ? Le permis de séjour en Italie peut être temporaire ou de longue durée :

Permis de séjour temporaire

Le permis de séjour temporaire vous autorise à séjourner en Italie pour une période supérieure à 90 jours et inférieure à cinq ans. Ce type d’autorisation peut être renouvelé périodiquement, à la demande de la personne qui décide de vivre en Italie.

Permis de séjour de longue durée

Le permis de séjour de longue durée est le permis qui vous permet de travailler et de vivre en Italie pour une durée indéterminée, dans les mêmes conditions qu’un citoyen italien. Les immigrants qui résident temporairement en Italie pendant une période continue de cinq ans et qui remplissent les conditions réglementaires ont également droit à ce permis de séjour. Les périodes de résidence antérieure et continue dans d’autres États membres de l’UE sont également prises en compte.

Peut-on me refuser l’autorisation d’entrer en Italie ? Le site officiel du gouvernement italien énumère les raisons pour lesquelles il vous serait interdit d’entrer et de vivre en Italie :

  • Avoir été précédemment expulsé ou rapatrié d’Italie ou d’un État Schengen.
  • Être expressément interdit d’entrée pour des activités contraires aux intérêts de l’Italie ou aux droits de l’homme ou pour des liens connus avec des organisations criminelles.
  • Vous êtes recherché au niveau international pour des infractions pénales.
  • Vous représentez un danger pour la santé publique, l’ordre public, la sécurité nationale ou les relations internationales de l’Italie ou d’autres États avec lesquels l’Italie a conclu un accord à cet égard.
  • Avoir épuisé les 90 jours de séjour dans une période de 180 jours.

Les étrangers seront donc autorisés à entrer sur le territoire italien à condition qu’ils soient en possession de tous les documents valides et nécessaires et qu’ils ne présentent aucun des points susmentionnés.

 

1.1 Permis de séjour en Italie

Vous devrez peut-être demander un visa ou un autre type de permis si vous souhaitez visiter, vivre, travailler ou étudier en Italie. Ce guide essentiel vous aidera à trouver les permis italiens dont vous avez besoin en fonction de votre nationalité et de votre situation.

Si vous êtes citoyen d’un autre pays de l’Union européenne (UE) ou de l’Espace économique européen (EEE), y compris la Norvège, l’Islande, le Liechtenstein ou la Suisse, vous aurez la chance de ne pas avoir besoin de permis pour vivre, travailler ou étudier en Italie. Tous les autres auront besoin d’un visa et, si vous voulez travailler, vous aurez besoin, dans la plupart des cas, d’un permis de travail.

Court séjour

Un visa Schengen de court séjour vous permet de rester en Italie, mais pas de travailler, pendant 90 jours au maximum sur une période de 180 jours. Les citoyens des États-Unis, de l’Australie, du Canada et de la Nouvelle-Zélande n’ont pas besoin d’un visa de court séjour pour entrer en Italie, mais doivent demander un visa de long séjour pour rester plus de trois mois.

Pour savoir si vous avez besoin d’un visa Schengen, vous devez remplir un formulaire de demande, que vous pouvez télécharger ici, et faire une demande auprès de l’ambassade ou du consulat italien de votre pays d’origine. Vous pouvez renouveler votre visa de court séjour auprès du ministère des affaires étrangères ou de votre commissariat de police local, à condition que votre séjour en Italie soit inférieur à 90 jours au total. Vous ne pouvez pas venir en Italie avec un visa de tourisme de court séjour et changer votre statut de salarié, d’étudiant ou de résident en Italie : vous devez retourner dans votre pays d’origine et y demander un nouveau visa.

Séjour longue durée

Il existe différents types de permis de travail et de séjour, en fonction de l’objet de votre séjour :

  • Un visa combiné de travail et de séjour qui vous permet de vivre et de travailler en Italie.
  • Un visa d’études pour la durée d’un cursus d’éducation ou de formation.
  • Un visa de séjour pour le regroupement familial.

Nous vous expliquons chacun d’entre eux en détail :

Le permis de séjour de longue durée de l’UE

Le permis de séjour de longue durée de l’UE a remplacé la carte de séjour pour étrangers en janvier 2007. Le site officiel de la police d’État indique :

« Ce permis de séjour ne peut être demandé que par ceux qui sont en possession d’un permis de séjour valide depuis au moins cinq ans. En effet, un séjour de cinq ans en Italie est une condition préalable à la délivrance d’un permis de séjour de longue durée de l’UE. Il faut également démontrer que l’étranger dispose d’un revenu minimum non inférieur au montant annuel de l’allocation sociale et qu’il ne représente pas un danger pour l’ordre public ou la sécurité de l’État ».

La demande doit être déposée au bureau de poste ou, sans utiliser le kit, peut être adressée aux municipalités qui offrent ce service ou aux mairies.

Les documents requis sont :

  • une copie de votre passeport ou d’un document équivalent en cours de validité ;
  • une copie de votre déclaration d’impôt sur le revenu (le revenu doit être supérieur au montant annuel de la prestation sociale) ; pour les aides ménagères (aides à domicile) les bulletins de l’INPS ou une déclaration de contribution analytique délivrée par l’INPS ;
  • un extrait de casier judiciaire et un certificat d’annotations relatives à une procédure pénale ;
  • un logement adéquat documenté si la demande est également présentée pour les membres de la famille ;
  • les copies des bulletins de salaire de l’année en cours ;
  • les documents relatifs au séjour et à la situation familiale ;
  • ticket électronique pour le paiement du permis de séjour (30,46 euros) ;
  • 16,00 euros pour le marqueur télématique ;
  • Le coût du courrier recommandé est de 30 euros.

Permis de séjour à des fins d’études

Vous devez trouver un programme d’études en Italie avant de pouvoir demander un visa. Avant de pouvoir demander un visa d’études, vous devez trouver un cours ou un programme dans un établissement officiellement reconnu en Italie. Vous devez ensuite obtenir la confirmation officielle de l’organisation que vous avez été accepté dans le cadre du cours ou du programme, avec un certificat ou une lettre d’acceptation. Une fois cette confirmation obtenue, vous pouvez demander un visa d’étudiant.

  • Le titre de séjour étudiant autorise le travail à temps partiel pour un maximum de 20 heures par semaine et une limite annuelle de 1 040 heures.
  • Le titre de séjour étudiant ne peut être renouvelé que si le visa d’entrée a été délivré dans le but de suivre un cursus pluriannuel.
  • Dans tous les cas, le titre de séjour étudiant ne peut être renouvelé plus de trois ans après la fin du cycle d’études pluriannuel.
  • Le permis de séjour pour études ne peut pas être utilisé ou renouvelé pour suivre un cours d’études différent de celui pour lequel le visa a été délivré, à l’exception du transfert dans une autre faculté accordé par l’autorité académique et de l’accès à un cours de type universitaire à la fin du séjour en Italie ou à un cours de niveau moyen/haut.
  • Le permis de séjour pour études peut être transformé en permis de séjour pour travail en acquérant un quota dans le cadre du décret pour la programmation des flux d’entrée pour le travail en prouvant que les conditions requises par le règlement pour le type de travail effectué sont remplies :
    • par un étranger qui se trouve déjà légalement sur le territoire national au moment où il atteint l’âge de la majorité ;
    • par un étranger qui a obtenu un diplôme ou un titre de spécialisation en Italie, après avoir achevé le cycle d’études correspondant en Italie.

Titre de séjour pour raisons familiales (regroupement familial)

Le titre de séjour pour raisons familiales est accordé à l’étranger qui est entré dans le pays au titre du regroupement familial ou d’un visa accompagnant le membre de sa famille.

La durée du permis de séjour pour raisons familiales est la même que celle du permis de séjour du membre de la famille. Le permis de séjour familial peut également être utilisé pour d’autres activités autorisées à l’étranger, même sans convertir ou rectifier le document, pendant sa période de validité.

La demande doit être présentée au bureau de poste au moyen d’un kit et les documents à joindre suivant :

  • formulaire de demande rempli et signé (formulaire 1) ;
  • photocopie du passeport rempli ou d’un autre document équivalent (voir tableau 4) ;
  • pour la demande de délivrance du permis de séjour, le formulaire 1 est à remplir auprès du Sportello Unico Immigrazione (guichet unique de l’immigration), qui délivre l’autorisation d’entrée pour le regroupement familial ;
  • la demande de renouvellement du permis de séjour doit être accompagnée d’une déclaration du membre de la famille, qui a demandé et obtenu le regroupement familial ou avec lequel le regroupement familial a eu lieu, de prendre en charge la subsistance du membre de son foyer.

 

1.2 Code fiscal

Le code fiscal est le moyen d’identification des personnes physiques et non physiques dans toutes les relations avec les organismes et administrations publiques. Les citoyens qui ont également droit aux soins de santé du Service national de santé reçoivent la carte sanitaire (qui contient également le code fiscal). Le seul code valable est celui qui est délivré par l’Agenzia delle Entrate.

L’attribution du code fiscal aux citoyens étrangers qui demandent l’entrée sur le territoire au guichet unique de l’immigration, pour le travail subordonné et le regroupement familial, est effectuée par le même guichet unique à travers le système télématique de connexion avec le Bureau du registre fiscal. Lors de la prise de rendez-vous au guichet, le citoyen reçoit également le certificat d’attribution du code fiscal.

Grâce à une connexion télématique avec le Bureau d’enregistrement fiscal, la préfecture de police attribue le code fiscal aux citoyens étrangers qui n’en disposent pas et demande la délivrance/le renouvellement de leur permis de séjour.

 

1.3 Carte d’identité (carte d’identité électronique CIE)

La CIE est l’évolution de la version papier de la carte d’identité ; la demande doit être faite dans la commune de résidence.

Documents requis pour la délivrance :

  • Une photo d’identité récente en couleur sur fond clair, tête nue.
  • Carte sanitaire (Carta Nazionale dei Servizi) ou code fiscal.
  • Pour les citoyens non communautaires : permis de séjour ou carte de séjour en cours de validité.
  • Le coût de sa délivrance est de 22,50 euros.

Elle est valable pendant 10 ans et, pour les citoyens non italiens, elle n’est pas valable pour l’expatriation.

 

2. Trouver un logement en Italie si vous êtes étranger

En Italie, il existe de nombreuses agences immobilières qui peuvent vous aider à trouver un logement avant et après votre arrivée. L’inconvénient est que les frais de recherche de logement sont élevés.

C’est pourquoi nous vous recommandons de contacter des groupes d’immigrés sur les réseaux sociaux, au niveau national ou local, pour vous aider à choisir le meilleur logement. Et, surtout, de comparer les prix.

En revanche, si vous préférez trouver votre logement en Italie sans l’aide des agences immobilières, vous avez la possibilité de parcourir des sites internet spécialisés et sécurisés. Voici une liste de sites web d’hébergement en Italie qui, nous l’espérons, vous seront d’une grande utilité :

  • www.wikicasa.it
  • www.idealista.it
  • www.casa.it
  • www.tuttocasa.it
  • www.immobiliare.it
  • www.subito.it

Ces sites vous permettent de rechercher les locations disponibles par gamme de prix et par quartier pour trouver le logement en Italie qui correspond le mieux à vos besoins. En outre, vous pouvez filtrer par nombre de pièces et autres services à prendre en compte. Pour le loyer, il vous sera demandé une caution : 1 ou 2 mois de loyer, ainsi que des garanties :  » salaire  » ou  » cotisation « , qui correspondent généralement à une garantie de votre banque ou de votre employeur.

Par ailleurs, il est important de savoir que le prix du loyer n’est pas uniforme dans toutes les provinces italiennes et dépend également de l’économie italienne. Néanmoins, vous devez savoir qu’à l’intérieur de chaque province, les prix peuvent varier en fonction de la zone dans laquelle vous vivez.

 

 

3. Système de soins de santé pour les migrants

Tous les ressortissants étrangers non européens ont le droit de s’inscrire obligatoirement au Service national de santé (SSN) s’ils résident légalement en Italie et s’ils exercent régulièrement un emploi salarié ou indépendant, ou s’ils sont inscrits sur les listes d’emploi, ou s’ils ont demandé le renouvellement de leur permis de séjour.

Pour bénéficier des services offerts par le SSN, il est nécessaire d’être inscrit, et la carte sanitaire est le document qui prouve l’inscription. Ce document est individuel et permet d’accéder aux soins.

Pour vous inscrire au Service national de santé, vous devez vous rendre à l’ASL avec les documents suivants :

  • un permis de séjour en cours de validité ou une demande de renouvellement du permis de séjour attestée par un reçu délivré par la poste ou la Questura ;
  • une auto-certification de résidence ou, à défaut, une déclaration de résidence effective, comme indiqué dans le permis de séjour ;
  • code fiscal ou auto-certification ;
  • récépissé de présentation de la demande du premier permis de séjour pour travail subordonné, délivré par le bureau de poste.

Durée de l’enregistrement au SSN :

La durée de la carte sanitaire est la même que celle du permis de séjour. En attendant la délivrance du permis familial ou du premier permis de travail, l’inscription est temporaire et sera convertie en une durée identique à celle du permis lors de sa présentation.

Ce à quoi la carte d’assurance maladie donne droit :

  • avoir un médecin de famille ou un pédiatre
  • hospitalisation gratuite dans les hôpitaux publics et conventionnels
  • soins pharmaceutiques
  • examens médicaux généraux dans un centre de consultation externe
  • examens médicaux spécialisés
  • visites à domicile
  • vaccinations
  • analyses de sang
  • radiographies
  • échographies
  • médicaments
  • la rééducation et les soins prothétiques
  • autres services inclus dans les niveaux de soins essentiels

 

4. Comptes bancaires et transferts bancaires

Chaque année, des milliers d’immigrants arrivent en Italie pour entamer un nouveau parcours de vie. À leur arrivée, le plus important est d’accélérer le processus d’accréditation en tant que résident en Italie et de gérer sa situation financière. Mais comment puis-je gérer ma situation financière en Italie ? Se lancer dans des démarches administratives ou financières dans un nouveau pays peut être un véritable casse-tête. Mais ne vous inquiétez pas, dans ce guide pratique de la vie en Italie, nous vous expliquerons en détail comment ouvrir un compte bancaire en Italie, quelles conditions vous devez prendre en compte et comparer, ou encore quelles sont les principales banques en Italie.

D’autre part, si vous êtes un immigrant et que vous avez besoin d’envoyer de l’argent dans votre pays, nous tenons à ce que vous soyez informé sur le fonctionnement des transferts de fonds en Italie et que vous choisissiez la méthode la plus fiable pour vous. Nous savons combien vos envois de fonds sont importants. Chaque année, plus de 270 millions de migrants envoient des milliards d’euros dans leur pays d’origine. Des millions de héros qui quittent leur foyer à la recherche d’un avenir meilleur pour eux-mêmes et leur famille. Grâce à eux, des maisons sont construites, des familles sont nourries, des enfants sont scolarisés, ceux qui sont dans le besoin ont accès aux soins de santé ou investissent dans un petit commerce qui permettra à toute une famille de se maintenir à flot. Il est donc essentiel de disposer de toutes les informations sur les envois de fonds depuis l’Italie. Plus vous serez informé, plus vous serez expérimenté, plus vous aurez d’options. C’est pourquoi, dans la section suivante, nous allons vous expliquer quelles sont les méthodes d’envoi de fonds qui existent en Italie et, surtout, laquelle est préférée par la communauté des immigrants. Ainsi que les avantages et les inconvénients de ces méthodes afin que vous puissiez décider à qui confier votre argent en toute sécurité et confiance. Nous avons également inclus quelques conseils qui pourraient vous être très utiles.

Donc, si vous envisagez d’envoyer de l’argent depuis l’Italie ou d’ouvrir un compte dans le pays, voici toutes les informations dont vous avez besoin pour choisir l’option la plus adaptée à vos besoins.

 

4.1 Comment envoyer de l’argent à votre famille à l’étranger ?

Voici les principaux moyens d’envoyer de l’argent depuis l’Italie :

1. Apps ou plateformes numériques

Les plateformes numériques sont également un moyen sûr d’envoyer de l’argent. Vous devez vous inscrire et payer avec votre carte de débit ou de crédit. Encore une fois, n’oubliez pas de rechercher la plateforme avec soin, en tenant compte de facteurs tels que la fiabilité de l’entreprise et la commodité d’utilisation ; l’application Moneytrans est une bonne option.

 

 

2. Agence de transfert de fonds ou de remise de fonds

La procédure d’envoi d’argent par l’intermédiaire de sociétés de transfert de fonds ou d’agences de transfert de fonds est rapide, facile et sûre. Vous pouvez payer en espèces ou par carte de débit, il vous suffit de vous identifier et de remplir le formulaire de transfert de fonds. Il est également possible d’envoyer de l’argent en ligne par l’intermédiaire de ces mêmes sociétés de services financiers. C’est l’une des méthodes d’envoi d’argent les plus utilisées par les migrants ; en fait, 84 % des migrants qui envoient des fonds choisissent de le faire avec une société de transfert d’argent en raison de sa rapidité.

Cependant, au moment de choisir votre société de transfert d’argent, vous devez également tenir compte d’autres facteurs tels que la sécurité ou la proximité, qui sont essentiels pour vous aider dans tous vos besoins. Si vous ne savez pas laquelle choisir, nous vous recommandons Moneytrans. Cette société de services financiers est présente sur le marché depuis plus de 20 ans et offre le meilleur rapport qualité-prix, les dernières technologies en matière de sécurité et un service clientèle multilingue pour répondre à vos questions dans votre langue maternelle. Depuis leur site internet, vous pouvez soit calculer votre envoi de fonds à l’agence, soit via la plateforme en ligne de Moneytrans.

3. Mandat international

Le mandat international est un service proposé par la poste italienne. Vous pouvez l’effectuer dans votre bureau de poste le plus proche. Veuillez noter que ce n’est pas le moyen le moins cher ni le plus rapide d’envoyer de l’argent.

4. Virement bancaire

L’envoi d’argent par l’intermédiaire d’une banque est un moyen sûr d’envoyer des fonds dans d’autres pays. Pour ce faire, vous devrez fournir les coordonnées du compte bancaire d’origine et celles du compte de destination à l’étranger.

Pour un transfert en Europe vers un pays qui utilise l’euro, vous pouvez rechercher des banques qui ne facturent pas de frais pour de tels transferts en dehors de votre pays d’origine. Si vous souhaitez envoyer des fonds vers des pays situés en dehors de l’UE ou dont la monnaie n’est pas l’euro, sachez que les frais facturés par certaines grandes banques peuvent être très élevés ou les taux de change défavorables. Par conséquent, les virements bancaires pour les petites sommes d’argent sont une méthode coûteuse. En revanche, pour les montants plus importants – par exemple, à partir de 10 000 euros – c’est un moyen plus économique.

 

4.2 Comment ouvrir un compte bancaire

L’ouverture d’un compte courant est une opération simple et ne nécessite que la présentation de quelques documents.

Avant de vous rendre à la banque, nous vous recommandons de comparer d’abord les coûts et les services, en effet il existe différents types de comptes bancaires et chaque banque propose des prix différents, donc avant de procéder à la signature d’un compte courant lisez attentivement la fiche d’information qui vous sera présentée.

Les exigences pour l’ouverture d’un compte courant ne sont pas très élevées, car la loi ne prévoit pas de limitations majeures. Toute personne majeure peut ouvrir un compte courant, mais les banques proposent également des solutions pour les plus jeunes, comme les cartes prépayées ou les livrets.

Quels documents sont nécessaires pour ouvrir un compte courant ?

  • code fiscal.
  • pièce d’identité valide.
  • certificat de résidence (non exigé par toutes les banques et institutions).

Des documents supplémentaires peuvent également être demandés si la banque applique des tarifs spéciaux, comme un document prouvant l’inscription à l’université.

De nombreuses banques proposent des comptes courants à taux préférentiels pour les étudiants et la seule façon d’en profiter est de prouver que vous êtes régulièrement inscrit à un cours universitaire.

Combien coûte l’ouverture d’un compte courant ?

Les banques ne facturent pas de frais pour l’ouverture d’un compte courant. Le coût des opérations et de la tenue du compte dépend du plan tarifaire choisi, du type de compte et de vos besoins.

Les frais de tenue de compte pour un compte courant sont divisés en trois composantes :

  • Taxes sur les actes juridiques documentés : exigées par la loi et identiques pour chaque type de compte que vous ouvrez ;
  • Coûts fixes : ils comprennent les frais de carte, les frais annuels de gestion du compte et les frais encourus par la banque pour l’envoi de documents et de matériel d’information au client. Chaque banque et chaque type de compte ont des coûts différents ;
  • Les coûts variables : il s’agit de la partie qui varie en fonction des opérations effectuées, qui peuvent être des retraits dans d’autres banques, des virements, des paiements à l’étranger, etc.

Pour plus d’informations :

Vous pouvez utiliser votre carte de crédit dans la plupart des commerces en Italie. Veuillez noter que si vous retirez des fonds à un distributeur automatique qui n’appartient pas à votre banque, des frais vous seront probablement facturés. S’il appartient à votre banque, aucun frais ne vous sera facturé.

Vous pouvez également échanger des devises dans les agences bancaires, les bureaux de change ou directement en ligne pour bénéficier de meilleurs taux et frais.

 

5. Services internet et téléphoniques en Italie

Bonne nouvelle ! Pour les citoyens de l’UE, depuis juin 2017, l’itinérance n’implique plus de frais supplémentaires sur le territoire européen : en théorie, il n’y a pas de frais supplémentaires pour utiliser son téléphone portable dans l’un des 27 pays de l’UE. Ainsi, si vos appels se font au sein de l’UE, vous n’avez pas à résilier votre abonnement mobile ou à déconnecter vos données mobiles.

Voici une liste des principaux opérateurs en Italie : Vodafone, Wind, Tim et bien d’autres. Il existe également des alternatives moins chères qui vous permettront de communiquer avec votre famille et vos amis à l’étranger :

Sans Internet :

  • Recharge Moneytrans : Grâce à ce service international de téléphonie mobile, vous pouvez recharger votre téléphone ou celui de vos proches à des prix très bas via Moneytrans. Le rechargement de votre téléphone ou de celui de vos proches est instantané, et vous n’avez pas besoin de vous inscrire. Avec plus de 400 opérateurs de téléphonie mobile locaux, nationaux et internationaux, vous pouvez recharger votre téléphone dans le monde entier.

Avec une connexion Internet :

  • Skype.
  • WhatsApp : le système de messagerie mobile le plus utilisé en Italie.
  • Viber.
  • Messenger.

 

6. Se marier avec un étranger en Italie

Les étrangers peuvent se marier légalement en Italie selon la procédure civile italienne ou avec une procédure religieuse valable à des fins civiles, selon les religions admises dans l’État.

Dans le cas d’un étranger résidant en Italie, la célébration du mariage doit être précédée de la publication des bans de mariage, qui doit être demandée au bureau d’état civil de la commune où il est enregistré.

Documents à présenter :

  1. Passeport ou carte d’identité personnelle.
  2. Nulla Osta (lettre de non-empêchement).
  3. Acte de naissance délivré par le pays d’origine, traduit et légalisé.

Modalités de présentation de la documentation :

Les conditions de mariage étant réglementées par la législation nationale du pays d’origine, le document fondamental pour la célébration du mariage d’un étranger en Italie est la Nulla-Osta, délivrée par l’autorité compétente du pays d’origine.

Sur la base de conventions et d’accords internationaux spécifiques, des conditions différentes s’appliquent à certains citoyens étrangers.

La Nulla-Osta doit certifier qu’il n’y a pas d’empêchements au mariage selon les lois du pays d’origine, et doit indiquer clairement les données suivantes : nom, prénom, date et lieu de naissance, paternité et maternité, nationalité, résidence et état civil.

Il peut être délivré:

  • Par l’autorité consulaire en Italie ; dans ce cas, la signature du consul doit être légalisée auprès de la préfecture italienne compétente.
  • Par l’autorité compétente de votre propre pays ; dans ce cas, le document doit être légalisé par le consulat ou l’ambassade d’Italie à l’étranger.

Si les deux conjoints sont étrangers et ne parlent pas l’italien, un interprète doit les assister tant pour la présentation des documents que pour la demande de publication éventuelle et pour la célébration du mariage.

 

7. Soutien et subventions aux migrants

L’Italie soutient-elle les immigrés par des aides et des subventions ? C’est l’une des grandes questions que se posent de nombreux immigrants lorsqu’ils décident de vivre en Italie. La réponse est oui.

Une aide de base est distribuée dans les domaines suivants :

1. Programmes d’aide humanitaire

Ces programmes s’adressent aux immigrés qui n’ont pas encore acquis la nationalité italienne, qui en sont aux premiers stades de leur migration et qui se trouvent dans une situation d’extrême nécessité. Le Secrétariat général à l’immigration apporte son aide par le biais des centres de séjour temporaire pour immigrés et avec la collaboration d’organisations sociales à but non lucratif. Cette assistance comprend l’accueil complet, les transferts, les premiers soins, l’intervention dans les établissements et les soins dans les centres de jour.

2. Protection internationale et asile

Ces programmes s’adressent aux immigrés qui n’ont pas encore acquis la nationalité italienne, qui en sont aux premiers stades de leur migration et qui se trouvent dans une situation d’extrême nécessité. Le Secrétariat général à l’immigration apporte son aide par le biais des centres de séjour temporaire pour immigrés et avec la collaboration d’organisations sociales à but non lucratif. Cette assistance comprend l’accueil complet, les transferts, les premiers soins, l’intervention dans les établissements et les soins dans les centres de jour.

3. Aide aux migrants installés en Italie

La loi sur l’immigration en Italie prévoit l’accès à la sécurité sociale et aux services sociaux pour les immigrants qui ont une résidence légale. Pour avoir pleinement accès à ces prestations, il est nécessaire de se rendre dans les bureaux de sécurité sociale de votre ville ou municipalité pour s’inscrire au système de sécurité sociale. Parmi les différentes facilités offertes aux immigrants, on trouve les suivantes :

  • Programmes de réintégration sociale et de prévention.
  • Aide en cas de besoin et d’urgence, par exemple si vous êtes victime de violence sexiste ou si vous êtes sans abri.
  • Aides financières pour les enfants mineurs et les familles monoparentales.
  • Aides financières pour la retraite ou le veuvage.

4. En matière d’emploi, il convient de souligner les points suivants :

Allocation de chômage : il s’agit d’une aide économique destinée à certains groupes de chômeurs qui, après avoir cotisé à la Sécurité Sociale par leur travail, sont devenus chômeurs. Pour bénéficier de cette prestation, il est indispensable d’être au chômage et d’être inscrit au service public de l’emploi.

 

 

8. Permis de conduire et immatriculation des véhicules étrangers

Si vous êtes titulaire d’un permis de conduire délivré par un État membre de l’UE, vous pouvez conduire en Italie sans aucun problème. Le permis est toujours valable et il n’est pas nécessaire de le convertir, même si vous vivez en Italie depuis plus d’un an. Toutefois, dans le cas des permis communautaires, il est conseillé de demander la conversion, ou la reconnaissance de la validité, pour accélérer les procédures de renouvellement ou les éventuels duplicatas dus à la perte, au vol, etc. Dans la procédure de conversion, le permis original est remplacé par le permis italien, tandis que dans l’opération de reconnaissance, le permis original reste dans la main du conducteur et un autocollant est simplement apposé dessus, ce qui permet de l’identifier dans le registre national des titulaires de permis de conduire.

En revanche, si vous êtes titulaire d’un permis de conduire délivré par un pays non-membre de l’UE, vous pouvez conduire avec votre permis pendant un an au maximum si vous fournissez une traduction officielle complète de votre permis. Les étrangers qui résident en Italie pendant plus d’un an doivent demander la résidence et convertir leur permis. Tous les permis de conduire ne peuvent pas être convertis, et cela dépend en grande partie de l’existence d’accords de réciprocité entre l’Italie et le pays en question.

Les titulaires de permis non convertibles, s’ils souhaitent résider en Italie pendant plus d’un an, n’ont pas d’autre choix : ils doivent repasser leur permis. Les ressortissants de pays tiers qui souhaitent faire immatriculer un véhicule en Italie doivent résider en Italie et être en possession de leur permis de séjour ou du récépissé de la demande de renouvellement ou de la première délivrance du document.

La signalisation routière et le code de la route peuvent également varier légèrement d’un pays à l’autre. Les règles de conduite étant extrêmement strictes en Italie, nous vous recommandons de consulter des portails web proposant des questions d’examen qui peuvent vous être d’une aide précieuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles similaires